InSitio lance un outil numérique de gestion locative

 |   |  647  mots
Thibaut Roy, fondateur de InSitio à Montpellier.
Thibaut Roy, fondateur de InSitio à Montpellier. (Crédits : InSitio)
La start-up, accélérée par NUMA Montpellier, a lancé, début juin, un outil qui vise à faciliter la vie des propriétaires-bailleurs autonomes. Sa plate-forme de gestion locative en ligne promet une prise en charge administrative à même de les décharger, tout en assurant le respect d’une réglementation complexe.

« Gérer un bien immobilier prend du temps, la réglementation est complexe et la relation avec les locataires parfois tendue, fait observer en préambule Thibaut Roy, ingénieur de formation et fondateur de InSitio en avril, à Montpellier. Dans le locatif privé en France, on compte plus de six millions de propriétaires-bailleurs et les 2/3 veulent garder le contrôle de la gestion locative. Mais ils ne respectent pas toujours les bonnes pratiques de la location. Et au final, ils n'optimisent pas la rentabilité de leur investissement locatif car ils oublient de réviser le loyer ou de régulariser les charges par exemple. »

C'est pour simplifier la vie des propriétaires-bailleurs autonomes que le créateur a imaginé cette plate-forme de gestion locative en ligne, qui pourrait bien imposer une rude concurrence aux agences immobilières offrant les services d'administration de biens immobiliers...

« Notre outil propose de dématérialiser et d'automatiser les tâches inhérentes à la location d'un bien immobilier, explique Thibaut Roy. C'est par exemple les appels de loyers, leurs paiements et le suivi comptable, mais aussi l'édition, l'envoi et l'archivage des quittances. Nous proposons également la gestion des loyers impayés en pré-contentieux, ou encore la révision du loyer ou la régularisation des charges. Le propriétaire ne s'occupe de rien, les différentes tâches étant générées automatiquement par notre outil, et il ne sera alerté que si quelque chose ne se passe pas bien, comme un loyer qui n'est pas payé, ou un locataire qui a oublié de s'occuper de l'entretien obligatoire de sa chaudière. »

Des options payantes à venir

Sur la plate-forme, le bailleur et le locataire ont chacun un espace dédié. Avec ce dispositif, Thibaut Roy l'assure : « Le bailleur reste le chef d'orchestre de la location mais il est libéré de ses aspects contraignants. Il garde la main sur les travaux ou sur la relation avec le locataire... Notre plate-forme est aussi adaptée aux colocations avec la gestion d'un loyer versé par plusieurs locataires. »

Après plus d'un an de développement et six mois de période de test en version bêta, une offre fremium a été lancée début juin. Le coût pour un propriétaire : 3,90 € par mois et par locataire, « soit environ dix fois moins cher qu'une agence immobilière traditionnelle ! », souligne Thibaut Roy.

« Avec cette offre en fremium, les trois premières locations sont gratuites, en tout cas pour le lancement, précise Thibaut Roy. Notre cible est surtout les propriétaires qui ont plusieurs locations à gérer. »

La plate-forme sera enrichie d'options payantes courant 2017 : assurance loyers impayés, assurance propriétaire non occupant, assistance juridique et fiscale. Ces options seront payantes. À terme, le fondateur d'InSitio prévoit aussi d'ajouter une fonctionnalité de gestion de la mise en location.

Une levée de fonds en 2018

InSitio, qui compte à ce jour trois collaborateurs en plus de Thibaut Roy, est incubée depuis 2016 au BIC de Montpellier, et a rejoint le programme d'accélération NUMA Montpellier en mars dernier.

« Nous sortirons de NUMA Montpellier en juillet et nous prévoyons de nous installer au BIC, annonce le fondateur. Et nous envisageons une levée de fonds fin 2017 ou début 2018 afin de sortir la version 2 de notre outil. »

Pour l'heure, InSitio déclare avoir 600 biens en location. Et poursuit ses opérations de prospection, notamment auprès de l'Union nationale de la propriété immobilière (UNPI) avec qui il est en cours de négociation.

« Il existe un potentiel de quatre millions de propriétaires-bailleurs indépendants, rappelle Thibaut Roy. Atteindre seulement 1 % d'entre eux, soit 40 000 biens, ce serait déjà très bien... C'est le 1e objectif qu'on s'est donné sous deux ans. Nous envisageons aussi d'attaquer d'autres pays en Europe, car il sera facile d'adapter notre plate-forme à leurs lois. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/06/2017 à 0:58 :
Il existe aussi iGestionlocative.com le nr1 de la gestion locative en ligne en France et son offre gratuit pour les bailleurs particuliers.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :