Sportup Summit 2019 : "l'année de la maturité"

 |   |  470  mots
Le président d'Ad'OCC Sport, J.-M. Oluski, et le nouveau directeur des CREPS Montpellier et Font Romeu, F. Beauchard
Le président d'Ad'OCC Sport, J.-M. Oluski, et le nouveau directeur des CREPS Montpellier et Font Romeu, F. Beauchard (Crédits : Pauline Compan)
Le concours de start-ups de la filière sportive rempile pour une 4e édition du 3 au 5 octobre au Centre national d’entraînement en altitude (CNEA) de Font Romeu (66). “L’année de la maturité”, d’après le président de l’agence Ad'OCC Sport, organisatrice de l’événement, qui entend désormais accélérer la croissance des starts-up grâce à un partenariat avec des clubs sportifs locaux.

Comme chaque année, les 30 starts-up participant au Sportup Summit suivront un programme complet avec des ateliers de coaching, de pitchs, des épreuves sportives et des ateliers pratiques pour développer un business, avant la remise de prix finale, qui récompense les entreprises dans trois catégories : révélation, impulsion et tremplin.

Pour la réussite de ces 48h dédiées à l'innovation sportive, les équipes du Sportup Summit se sont entourées d'un parrain, l'athlète Kevin Mayer, d'une marraine, la vice-président du Medef Dominique Carlac'h, mais aussi de coachs et d'anciens sportifs de haut niveau.

"Les jeunes pousses ont besoin de structures et d'un écosystème dynamiques, mais elles ont aussi besoin de réseau, plaide Jean-Marc Oluski, président de l'agence régionale Ad'OCC Sport. L'objectif du Sportup Summit est aussi de créer des opportunités de networking. Nous commençons d'ailleurs à avoir une reconnaissance nationale, voire internationale. Nous le voyons avec l'arrivée de sponsors comme la Banque Populaire, la Caisse d'Epargne ou Allianz, et sur la qualité de la programmation des conférences du vendredi 4 octobre. De plus, le Sportup Summit accueille cette année deux starts-up marocaines, une irlandaise et une québécoise ; c'est l'année de la maturité."

Les clubs régionaux : nouvel eldorado des starts-up du sport ?

Avec cet événement, l'agence Ad'OCC Sport poursuit donc son objectif de faire de l'économie du sport un vrai pôle d'attractivité pour le territoire, mais cherche désormais à gagner en puissance, en accompagnant certaines start-ups vers l'accélération.

"Nous portons un projet qui fait office d'accélérateur sur le long terme avec les clubs sportifs régionaux, poursuit Jean-Marc Oluski. L'agence est en contact avec trois clubs : le Stade Toulousain, le Narbonne Volley et l'USAP, qui ont manifesté un intérêt pour l'accueil de jeunes pousses au sein de leur structure. C'est une initiative inédite sur le sol français, sur le modèle de ce qui se fait FC Barcelone ou à Arsenal."

Des pépites dans les clubs dès janvier 2020

Pour accompagner cette démarche, Ad'OCC Sport a mis au point un cahier des charges à destination des clubs, indiquant notamment certaines contraintes sur les surfaces allouées aux jeunes pousses et sur la désignation d'un coordinateur dédié. Les premières start-ups pourraient faire leur entrée dans les locaux des clubs dès le 1er janvier 2020.

"Nous sommes en train de sourcer les entreprises, continue Jean-Marc Oluski. Elles doivent déjà avoir un chiffre d'affaires et proposer des produits en rapport avec l'amélioration de la performance, de la "fan expérience" au sein des stades ou du sport santé."

Une façon également pour les clubs de rentabiliser des espaces, et de renforcer une image de marque par l'innovation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/09/2019 à 11:49 :
bonjour, je suis titulaire de l'invention d'un jeu a coefficient intellectuel. et j'aimerais vous pressentez le jeu dans Sportup Summit 2019 : "l'année de la maturité".

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :