Logement social : le Département de l’Hérault rassemble 3 métiers sur un nouveau siège

 |   |  708  mots
Le nouveau siège représente un investissement de 7,8 M€
Le nouveau siège représente un investissement de 7,8 M€ (Crédits : Hérault Habitat)
Le 5 mars, l’OPH du Département de l’Hérault, Hérault Habitat, inaugurait son nouveau siège dans le quartier populaire du Petit Bard, à Montpellier. La collectivité a prévu d’y installer deux autres structures départementales : Hérault Aménagement et Territoire 34.

Le 5 mars, l'OPH Hérault Habitat, bailleur social gérant un patrimoine de quelque 14 000 logements répartis sur plus de 130 communes héraultaises, inaugurait son nouveau siège social,

L'occasion d'accueillir Thierry Besançon, le nouveau directeur général d'Hérault Habitat depuis le 1er mars. Il succède à Jean-Pierre Pugens, qui était en poste depuis 1998 et a fait valoir ses droits à la retraite.

Le nouveau siège est resté en plein cœur du quartier populaire montpelliérain du Petit Bard. Une proximité avec les locataires souhaitée par le Président du Conseil départemental, Kléber Mesquida, et le président de Hérault Habitat, Vincent Gaudy.

« La décision du nouveau siège avait été actée avant le début de mandat, mais je n'ai pas souhaité qu'il se déplace ailleurs qu'au Petit Bard, afin de mieux répondre à notre volonté de mettre nos locataires au cœur de notre action », déclare Vincent Gaudy.

BEPOS et BIM

Divisé en trois blocs, le bâtiment est un Bâtiment à Énergie Positive (BEPOS) qui produit plus d'énergie qu'il n'en consomme pour son fonctionnement, notamment grâce à des panneaux photovoltaïques en toitures.

Représentant un investissement de 7,8 M€, il est sorti de terre en un temps record, soit dix-mois de travaux de démolition et reconstruction. Ses concepteurs ont eu recours au procédé BIM, « un test qui permettra de suivre les phases de vie de l'immeuble et facilitera la maintenance, et que nous développerons ensuite sur les logements pour une meilleure efficience », annonce Vincent Gaudy.

Il succède au vieux bâtiment qui abritait le siège du bailleur social depuis 32 ans, et permet d'y rassembler 127 salariés (sur 200 au total) depuis octobre dernier.

Une nouvelle entité Hérault Logement ?

Mais pas uniquement. Car le Département profite de l'opération pour y installer également les équipes de deux autres structures départementales : Hérault Aménagement et Territoire 34*.

« Ce regroupement va permettre d'optimiser les moyens et compétences du bailleur social Hérault Habitat et de l'entreprise publique Hérault Aménagement, et de développer une offre de service adaptée aux besoins des territoires et propice à la création de logements sociaux, déclare Kléber Mesquida. Bientôt, ces trois structures ne seront plus qu'une seule entité. Nous sommes en préfiguration de rassemblement. Cela nous permettra d'avoir plus de moyens, plus d'efficience, de donner du sens à l'action. »

Suggérant « une appellation qui accroche, plus appropriée à la nouvelle dynamique », le président du CD 34 propose « Hérault Logement »...

Le défi du logement social

Il rappelle qu'il s'agit là de « relever un enjeu majeur, un défi » : celui de répondre à une pression de la demande en logements sociaux très forte sur l'Hérault.

« En 2018, 41 000 dossiers de demande de logement social étaient en instance sur le département, et 5 900 ont été attribués, confirme le préfet de l'Hérault, Pierre Pouëssel. Nous voyons clairement l'écart entre l'offre et la demande... Nous devons nous réunir pour faire toujours plus de logements sociaux. La loi SRU est une grande loi de la République qui a permis dans ce département de progresser : sur les trois années 2014 à 2017, sur les 42 communes du département concernées, l'objectif était de produire 8 500 logements sociaux et on en a programmé 11 500. »

Le représentant de l'État se félicite de la synergie qui sera favorisée entre Hérault Habitat, Hérault Aménagement et Territoire 34, et voit déjà plus loin, du côté de l'obligation qui est faite aux bailleurs sociaux par la récente loi ELAN de se regrouper en dessous d'un seuil de 12 000 logements : « C'est une synergie qui en appelle d'autres dans le département, s'agissant du dispositif du logement social. La loi ELAN impose un poids critique d'au moins 12 000 logements, ce qui n'est pas le cas de Hérault Habitat mais d'autres offices dans le département. Des réflexions sont engagées ».

* Entreprise Publique Locale, opérateur partagé entre le Département et 14 intercommunalités de l'Hérault, sur le métier de la maîtrise d'ouvrage, pour conduire les projets d'aménagement, d'équipements publics, etc.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :