Tri sélectif : La Feuille d’érable innove avec le Recycub

 |   |  615  mots
(Crédits : La Feuille d'érable)
L’entreprise montpelliéraine d’insertion, spécialisée dans la collecte et le tri des déchets (papiers, cartons, textiles, cartouches d’encre, etc.), et déjà présente sur le marché des entreprises du tertiaire, invente un outil destiné à faciliter le tri des déchets dans les bureaux, désormais obligatoire.

Dans les entreprises françaises, chaque collaborateur produirait 130 kg de déchets par an (selon le blog Easy Recyclage)... Dans le prolongement de la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte, le décret n° 2016-288 du 10 mars 2016 fait obligation aux producteurs et détenteurs de déchets (entreprises, commerces, administrations...), depuis juillet 2016, de trier à la source cinq flux de déchets (papier/carton, métal, plastique, verre et bois) afin de favoriser la valorisation de ces matières.

Dernière étape d'application de la loi : depuis le 1er janvier 2018, toutes les entreprises et administrations de plus de 20 salariés sont soumises à cette obligation. Même si l'usage du papier recule au profit du numérique, un point spécifique est porté aux déchets de papiers de bureau.

Or la gestion des déchets est encore loin d'être organisée dans les entreprises comme elle l'est dans les foyers. Dans l'Hérault, une entreprise réfléchit à comment faciliter le geste de tri et de recyclage...

En collaboration avec Greenburo à Toulouse

La Feuille d'érable est une entreprise d'insertion par l'activité économique, à statut coopératif. Son activité principale : la collecte pour le recyclage des déchets non dangereux, comme les papiers de bureaux, les cartons, les emballages industriels, les textiles, les cartouches d'encres, etc. L'entreprise propose également quelques services annexes tels que le désarchivage des documents confidentiels, la vente de papier recyclé et le déstockage des archives.

« Nous sommes en train de mettre au point un meuble de tri sélectif pour les déchets de bureau, à destination des entreprises qui doivent trier du papier, des cartouches, des cartons, etc., mais qui ne peuvent pas avoir plusieurs containers », explique Jean-Pierre Guilbert, fondateur et dirigeant de La Feuille d'érable.

Il ne s'agit pas, pour l'entrepreneur, d'inventer une énième poubelle mais bien de faciliter les pratiques de tri, tant pour les usagers que pour les prestataires de la collecte dans le tertiaire.

L'entreprise montpelliéraine travaille sur ce projet Recycub en collaboration avec son homologue toulousain, Greenburo « pour proposer une offre commune en Occitanie », déclare Jean-Pierre Guilbert.

Récompensé pour son design

Soutenues par bpifrance ou Transferts (aujourd'hui agence économique Ad'Occ), et après une enquête utilisateurs approfondie, les deux entreprises se sont appuyées sur les designers de l'agence Pilag pour mettre le meuble au point. Ce qui a valu au Recycub de recevoir le prix APCI 2018 (Agence pour la promotion de la création industrielle) pour son design.

Un prototype est sorti fin 2017. Potentiellement modifiable d'ici sa commercialisation, il affiche pour l'heure une signalétique claire et intelligible, et une modularité permettant d'adapter les contenants aux besoins en volumes des matières à collecter.

« Le Recycub devrait être prêt en juin, au plus tard en septembre », annonce Jean-Pierre Guilbert.

Le modèle économique de sa commercialisation est encore à l'étude. Le meuble pourrait être proposé soit à la vente (750 € environ), soit à la location adossée à des prestations.

Président du réseau national

Depuis le début de l'année, Jean-Pierre Guilbert est le nouveau président du réseau national anciennement dénommé Réseau Alliance Papier, et qui devient Recylliance. Il compte une quinzaine d'entreprises de l'ESS spécialisées dans la collecte, le tri et le recyclage des papiers et cartons. Son siège est transféré à Montpellier.

En 2017, La Feuille d'érable a réalisé un chiffre d'affaires de 800 000 €, pour une collecte de 2 500 tonnes de déchets (essentiellement du papier). Elle prévoit de monter à 3 500 tonnes en 2018, notamment grâce à un nouveau marché public qu'elle a remporté mi-2017 avec le syndicat Centre Hérault, portant sur 1 000 tonnes de papier par an.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :