Plan Solaire d’EDF : l’Occitanie aura sa part

 |   |  942  mots
(Crédits : DR)
La région Occitanie devrait prendre sa part du gâteau dans le Plan Solaire annoncé par le P-dg du groupe EDF, prévoyant de construire 30 GW de solaire photovoltaïque en France entre 2020 et 2035. Un déploiement inédit qui s’inscrit dans la trajectoire volontariste de transition énergétique du gouvernement, mais aussi des territoires comme l’Occitanie. Avec le soleil comme atout majeur, la région devrait bénéficier de ces investissements.

Le 11 décembre, Jean-Bernard Lévy, P-dg d'EDF,  annonçait le lancement du Plan Solaire du groupe : développer et construire 30 GW de solaire photovoltaïque en France entre 2020 et 2035, en complément de ses autres activités de développement des énergies renouvelables. Un volume qui représente quatre fois les capacités actuelles de production d'énergie solaire en France (selon l'ADEME, 7,4GW au 30 juin 2017).

Le Plan Solaire d'EDF, qui sera développé par la filiale EDF Énergies Nouvelles (EDF-EN) du groupe, devrait engendrer « la création de plusieurs dizaines de milliers d'emplois en France en période de construction », annonce l'énergéticien.

La nouvelle, tombée la veille de l'ouverture du salon Energaïa, rendez-vous annuel dédié aux énergies renouvelables à Montpellier, a fait du bruit dans les allées. La région Occitanie, bien dotée en ensoleillement, devrait être concernée au premier chef par le déploiement de ce Plan Solaire.

Inventaire des potentialités foncières

Sur le territoire de l'Occitanie, EDF-EN exploite à ce jour 530 MW de capacités éolienne et solaire (au 30 juin 2017), soit près de 10 % de la consommation électrique annuelle régionale. Le groupe poursuit le déploiement des deux activités renouvelables et annonce 120 MW de projets à construire sur 2018 et 2019, ainsi que 500 MW de projets en développement.

« EDF-EN va porter ce programme de développement de solaire photovoltaïque sur des centrales au sol, des ombrières, des toitures de particuliers, de bâtiments d'entreprise ou de serres agricoles, explique David Augeix, le directeur régional Sud d'EDF-EN. Pour le moment, il est difficile de décliner des chiffres au niveau régional, mais la région a deux arguments principaux : le gisement solaire et sa taille, puisqu'elle est l'une des plus grandes régions de France. »

L'heure est donc désormais à l'inventaire des potentialités foncières.

 « Pour les centrales au sol, EDF a des réserves autour de ses centrales nucléaires ou de ses centrales thermiques, indique David Augeix. La 1e brique sera donc d'exploiter ces réserves. Et cela commence à Aramon, dans le Gard, avec la centrale thermique en déconstruction : la mise en route d'une 1e tranche de solaire photovoltaïque de 5 MW démarrera en 2018, et ensuite, au fur et à mesure de la déconstruction, le Plan Solaire pourra se déployer sur cette réserve foncière. Les réserves possibles autour de la centrale nucléaire de Golfech (dans le Tarn-et-Garonne, NDLR) sont à l'expertise, même s'il y a des considérations de sécurité à prendre en compte. »

Panneaux sur flotteurs

Outre les centrales de production d'électricité, le groupe EDF envisage d'exploiter les retenues d'eau des barrages hydrauliques, dont la région Occitanie est bien pourvues également, en y déployant une nouvelle technologie de panneaux photovoltaïques sur flotteurs.

« C'est une technologie déjà utilisée en Asie, précise David Augeix. En France, le 1e projet est en région PACA et pourrait démarrer en 2018 pour ensuite se dupliquer. Certaines retenues d'eau s'étendent sur plusieurs hectares, et ce sont des espaces sans conflit d'usage. Un inventaire est en cours... Nous pourrons aussi exploiter les friches industrielles. Il n'y en a pas trop en Occitanie. Quelques-unes sur Albi ou encore Decazeville et les anciens bassins miniers. Enfin, l'État a lui aussi de grandes réserves foncières, et peut, via des appels à projet, mobiliser la profession solaire dessus. »

Selon David Augeix, les 30 GW de photovoltaïque à construire nécessiteront 30 000 ha de superficie mobilisée au total, et représenteront quelque 25 à 30 Mds € d'investissements, dont à 20 à 30 % pour les entreprises du BTP.

« Il n'y a pas d'énergie neutre »

Au vu de l'ampleur des superficies requises, la question de l'acceptabilité se pose-t-elle, même si le solaire photovoltaïque pose toujours moins de problème qu'un projet éolien ?

« Il n'y a pas d'énergie qui soit neutre, répond David Augeix. L'hydraulique a noyé des vallées, l'éolien pose la question paysagère, le solaire celle de l'espace, etc. Si on veut suivre la feuille de route du gouvernement et réussir cette transition énergétique, avec une production d'électricité bas carbone et beaucoup d'énergies renouvelables, il faut des solutions. Or les solutions matures aujourd'hui, ce sont l'éolien et le photovoltaïque, chacun avec ses avantages et ses contraintes. Ce Plan Solaire se justifie aussi parce que les panneaux photovoltaïques sont de moins en moins chers et permettent de produire une électricité compétitive. »

Quatre antennes de maintenance en Occitanie

Outre les emplois locaux mobilisés lors de la phase de construction de ses projets (5 à 10 emplois pour 1 MW construit en éolien ou en solaire), EDF-EN emploie 230 salariés en Occitanie, dont 134 experts, ingénieurs et techniciens de maintenance répartis sur les 4 antennes de maintenance (la dernière ouverte étant celle à proximité de l'Ensemble éolien catalan, avec 5 salariés, 8 dans six mois) et le centre de supervision et de conduite d'installations solaires et éoliennes, situé à Colombiers et supervisant 4 GW d'installations éoliennes et photovoltaïques dans sept pays d'Europe, 24 heures sur 24.

À ce jour, l'activité d'EDF-EN se répartit à 85 % dans l'éolien et 15 % dans le solaire. Le Plan Solaire devrait rééquilibrer cette répartition, « mais nous continuons aussi de développer des projets dans l'éolien », souligne David Augeix.

Parmi les projets d'actualité en région, figure le parc éolien Les Taillades (9 éoliennes), sur les communes de Chasseradès et La Bastide-Puylaurent, dans le nord de la Lozère, en cours de construction, et qui devrait être mis en service courant 2018. Le parc des Avants-Monts, sur la commune de Ferrières-Poussarou (Hérault), sera construit en 2018.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :