Générale du Solaire ouvre son capital pour accélérer sa croissance

 |   |  446  mots
(Crédits : Pixabay)
Acteur du solaire basé à Paris et Montpellier, le groupe Générale du Solaire annonce le 5 mai qu’il ouvre son capital avec une première levée de fonds souscrite par Bpifrance (via son fonds France Investissement Énergie Environnement) et la société de capital-investissement Irdi Soridec Gestion.

Créée en 2008 par Daniel Bour, le groupe Générale du Solaire est un producteur indépendant d'énergie solaire, pilotant ses projets de leur développement à leur exploitation. Basé à Paris et à Montpellier, il emploie quelque 60 personnes et a généré un chiffre d'affaires de 60 M€ en 2019 sur l'ensemble de ses activités.

Il opère en France (250 centrales solaires, 200 MWc lauréats CRE et 400 MWc de projets en développement) et à l'international (Europe, en Afrique et au Moyen-Orient) avec sa filiale GDS International (près de 1 GWc de projet en développement).

Le 5 mai, Générale du Solaire annonce procéder à l'ouverture de son capital via une levée de fonds souscrite auprès de Bpifrance (via son fonds dédié France Investissement Énergie Environnement - FIEE) et Irdi Soridec Gestion, société de capital-investissement basée à Toulouse, Montpellier et Bordeaux, et accompagnant en capital les entreprises du grand quart sud-ouest (Occitanie et Nouvelle Aquitaine) à tous les stades de leur développement.

Bpifrance et Irdi Soridec Gestion ont pris une participation minoritaire au capital de Holding du Solaire, dont le périmètre comprend Générale du Solaire, GDS International et le portefeuille de nouvelles centrales du groupe.

De nombreux projets en Occitanie

Au travers de cette opération, le groupe annonce vouloir accélérer son développement, notamment à l'international.

« Bpifrance est un acteur financier, très sollicité actuellement dans la crise que nous traversons, mais il est aussi un acteur reconnu et respecté dans le secteur des énergies renouvelables, déclare Daniel Bour, président du groupe Générale du Solaire. Ils sont accompagnés par Irdi Soridec qui est un acteur financier important dans la région de Montpellier, où nous avons l'essentiel de nos équipes opérationnelles. L'arrivée au capital de ces deux acteurs est un choix stratégique qui va nous permettre d'accélérer notre développement, notamment à l'international. »

Aurélien Hue, directeur de participations chez Bpifrance, ajoute que « cette opération est au cœur de la stratégie du fonds FIEE et marque notre volonté d'accompagner dans son développement un acteur indépendant du marché photovoltaïque ».

« Nous sommes fiers d'accompagner le développement de ce groupe et de ses équipes. Implanté en grande partie à proximité de Montpellier et disposant de nombreux projets dans la région Occitanie, souligne Eric Candelier, directeur de participations chez Irdi Soridec Gestion. Cet accompagnement en fonds propres prend tout son sens dans le cadre de la transition énergétique de la France et de la région Occitanie, qui a pour objectif de devenir la première région européenne à énergie positive en 2050. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/05/2020 à 19:52 :
Produire en photovoltaïque l' énergie totale dont les français ont besoin annuellement (1800 Twh ) nécessite une puissance de 1,6 Milliard de Kwc (Facteur de charge :13 %) soit 1 ,2 Millions d'Ha de panneaux.
Le budget sera de 1 600 Milliards d'€ (pour un Kwc installé en ordre de marche à 1 000 €.), + le cout du stockage qui reste à déterminer.
Cela représente 100 EPR à 16 Mds d' € l' unité
Tenant compte aussi que la duré d' exploitation d' un parc PV est de 20 ans contre 60 pour un parc nucléaire, la différence de cout entre le PV et le nucléaire au profit de l' atome est abyssale
Avec les EnR , les anti-nucléaires font valser les chiffres, tourner les têtes et fondre nos finances

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :