Une nouvelle marque pour booster l’attractivité du canal du Midi

 |  | 830 mots
Lecture 4 min.
Une nouvelle marque autour du canal du midi pour booster la communication
Une nouvelle marque autour du canal du midi pour booster la communication (Crédits : CRTL Occitanie)
Validé récemment par la préfecture de l’Hérault, le plan de gestion Unesco du canal du Midi propose une feuille de route de 33 actions pour les six années à venir et la création d’une marque institutionnelle. Objectifs affichés ? Préserver et mettre en valeur ce patrimoine mondial.

« On a tendance à l'oublier mais le canal du Midi a été créé par l'homme et fonctionne comme un ouvrage d'ensemble. C'est à la fois un site architectural, patrimonial, scientifique et technique, issu de la volonté de Louis XIV d'aménager le territoire »  rappelle Evelyne Sanchis, chef du service Patrimoine et Culture au sein de VNF (Voies Navigables de France), l'établissement public gestionnaire du canal du Midi.

Conçu par le biterrois Pierre-Paul Riquet, ce chef d'œuvre hydraulique de 360 kilomètres navigables, jalonné de 328 ouvrages, est inscrit au patrimoine de l'Unesco depuis 1996, au même titre que Le Mont Saint Michel ou le Taj Mahal. A ce titre, il fait l'objet d'un plan de gestion qui vient d'être validé par le préfet de Région, Etienne Guyot.

« Le canal du Midi appartient au patrimoine de l'Humanité, c'est un monument national fruit d'une histoire commune qu'il convient de mieux
faire connaître ».

Une gouvernance partenariale

Quatre départements - Haute Garonne, Tarn, Aude et Hérault - sont concernés par ce plan de gestion qui comprend le canal du Midi, de Toulouse à l'étang de Thau (Marseillan), les canaux de jonction et de la Robine reliant Port-la-Nouvelle, le système alimentaire de la Montagne noire, le canal de Brienne (dans Toulouse) et une section de fleuve Hérault à Agde. Dès 2016, un Comité de Bien, sorte de parlement du canal, a été mis en place, regroupant les services et opérateurs de l'état, et les collectivités.

« A cela s'ajoutent les représentants des socio professionnels (usagers de la voie d'eau, chambres d'agriculture, chambres de commerce...), des associations (patrimoniales, acteurs culturels....). Au total, ce sont plus de 300 personnes qui sont invitées à travailler à l'élaboration de ce plan de gestion » complète Evelyne Sanchis.

En parallèle, l'Etat, la Région, VNF et les quatre départements concernés ont créé en 2018 l'Entente du canal du Midi, dont le but est de « coordonner les différentes initiatives visant à la préservation et la mise en valeur du canal du Midi et de ses territoires. » Un plan estimé à 120 millions d'euros d'investissements

33 actions sur la période 2021-2027

13 objectifs et 33 actions ont été identifiées pour les années 2021-2027. En synthèse, le plan s'articule autour de quatre rubriques générales : patrimoniale (restauration d'ouvrage, plantations, bâti), maitrise de la qualité paysagère, gestion de l'eau (équipement de l'ensemble du canal de systèmes de mesure des niveaux d'eau, télégestion des écluses et des vannes, observatoire de la qualité de l'eau, équipement des ports en station de dépotage...) et enfin économique.

La première phase a démarré par le lancement de plusieurs actions : inventaire du patrimoine, numérisation des archives, restauration des écluses mais aussi des plantations très impactées par la maladie du chancre coloré....

La seconde phase est prévue pour 2022-2023 et la dernière devrait être lancée en 2024. En terme d'investissement, les montants actés sont de 79 millions d'euros de VNF, et 41 millions d'euros de la Région.

Lancement de la marque en juillet 2021

Chaque année, 10 000 bateaux et quelques 400 000 plaisanciers fréquentent la voie d'eau tandis que 800 000 personnes se promènent sur les berges du canal du Midi.
Un sondage réalisé auprès des socio-professionnels a montré que 81% d'entre eux estimaient que la notoriété et l'image du canal du Midi étaient un élément indispensable ou un atout pour leur activité.

Aussi la gouvernance a réfléchi à une plateforme de marque qui va lui permettre de communiquer de façon cohérente et coordonnée sur les différentes actions menées.

« L'idée est de faire rayonner largement le canal du Midi en mettant en place une stratégie commune de valorisation de l'ouvrage et des territoires traversés explique la chef du service patrimoine et culture au sein de VNF. Dans les jours qui viennent, nous allons retenir un bureau d'études pour travailler sur le logo et la charte graphique de la marque. Par souci de cohérence maximale, un schéma d'interprétation va également être développé. »

Si la situation sanitaire le permet, le logo de la marque sera dévoilé aux institutionnels et membres du Comité de Bien le 8 juillet, aux cales de Radoub de Toulouse. Trois escales culturelles et festives sont ensuite prévues pour le grand public, sur le linéaire du canal et ses rigoles d'alimentation (le 23 juillet au bassin de Saint Ferréol, le 7 août à
Villesèquelande et le 20 août à Marseillan).

« En tant que gestionnaires de ce canal, nous sommes très satisfaits de l'aboutissement de ce plan de gestion. C'est une belle réussite collective avec un partage d'objectifs à mener. C'est aussi une belle opportunité de réunir les forces pour mieux avancer tous ensemble. Bien sûr, il y a du travail et des investissements financiers conséquents mais ils sont à la hauteur de cet ouvrage exceptionnel » conclut Evelyne Sanchis.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/04/2021 à 15:37 :
Non seulement il faut le conserver mais en plus il en faudrait d'autre, le seul bémol étant tout ces bateaux à moteurs therimques faisant que sur l'eau ça pue encore plus que sur la route et donc réserver ces voies navigables seulement à des engins non polluants. Maintenant quel effet de notre hydrométrie en recul sur ce canal ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :