L’innovation ancrée dans l’ADN de la Banque Populaire du Sud

 |   |  606  mots
(Crédits : Banque Populaire du Sud)
Pionnière dans l’accompagnement de l’innovation, la Banque Populaire du Sud est depuis 30 ans la banque de référence sur ce marché.

Première banque au comité d'experts de Cap Alpha il y a 30 ans, la BPSud n'a, depuis, pas cessé d'être présente auprès des jeunes pousses.

« Aujourd'hui, innover n'est pas un choix mais une nécessité, explique Pierre Chauvois, Directeur Général de la Banque Populaire du Sud. Un parti pris que les start-ups combinent avec souplesse et agilité d'action, devenant ainsi l'un des modèles le mieux approprié à l'évolution des sociétés. Un parti pris porté haut et fort par la Banque Populaire du Sud. »

« Historiquement, nous sommes très impliqués avec les entreprises qui innovent et nos prestations ne sont pas de simples outils de communication. Nous apportons des solutions réellement adaptées aux start-ups », complète Frédéric Planche, Directeur de l'Agence Sud Innovation.

22 M€ investis en amorçage

Depuis sa création en 2017, le centre d'affaires Sud Innovation, implanté face au BIC de Montpellier, a accompagné 220 jeunes pousses réalisant un chiffre d'affaires de moins de 5 M€ (au-delà de ce seuil, elles sont considérées comme des PME de croissance et sont transférées à l'agence Entreprises).

« En à peine trois ans, les start-ups se sont vues accorder 21 M€ de prêts pour leur phase d'amorçage et ont pu bénéficier de financement dans le cadre de leurs activités export », se félicite Frédéric Planche.

Ce dernier souligne les effets positifs de nouveaux outils de financements, tels que le fonds Foster, mis en route en 2017 par le Fonds Européen d'Investissement et par le Conseil régional Occitanie, qui intervient comme intermédiaire financier pour gérer une garantie gratuite à hauteur de 80% du montant emprunté. Ou encore le crédit Innov&Plus, nouvelle offre de prêt bonifié de la Banque Populaire du Sud conçu pour financer l'innovation dans son approche immatérielle.

Expertise des collaborateurs

Pour accompagner au mieux l'accélération de ses 220 jeunes entreprises innovantes, la banque a fait le choix de la spécialisation de ses chargés de missions.

« Notre accompagnement tend vers le conseil en stratégie de développement. Nous avons d'ailleurs conçu avec le groupe BPCE une grille d'analyse du risque bancaire des start-ups. Notre valeur ajoutée réside dans le conseil et une étude fine des coûts, des risques et de la rentabilité », explique Frédéric Planche qui dirige une équipe de trois chargés d'affaires, un conseiller de gestion patrimoniale et un middle office.

En 2018, les start-ups accompagnées par la Banque Populaire du Sud ont levé 21 M€ de fonds, avec une introduction en bourse (Vogo). Pour répondre aux besoins de ces jeunes pousses qui se développent plus rapidement à l'export que les sociétés traditionnelles (25 à 30 % des flux sont internationaux), la banque s'appuie sur sa filiale Pramex International, cabinet de conseil en développement international implanté en Malaisie, au Brésil, aux États-Unis, en Allemagne et en Angleterre.

Pour toujours mieux détecter les influenceurs de demain, promouvoir l'esprit start up, encourager l'innovation et impulser la création, la Banque Populaire du Sud a lancé l'été dernier la première édition du prix « Start up Trophy by BPS ». Parmi la soixantaine de candidatures, trois lauréats ont été récompensés (Bulane Hydrogen, Qualtera, CILcare et un coup de cœur pour Les Fées Spéciales).

« Être entreprenant, ce n'est ni une histoire de structure, ni de moyens, mais une capacité à mettre son potentiel et ses talents au service de l'innovation », déclarait Frédéric Planche, lors de la remise des prix organisée en décembre dernier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/02/2019 à 7:12 :
L'Asie du sud et I ‘Inde sont les marchés les plus porteurs pour les secteurs comme Fin Tech avec la digitalisation croissante. Les entreprises françaises peuvent bénéficier du talent indien ou asiatique en ouvrant les entités sur place et assurer une présence à la fois pour les clients sur place et apporter un soutien pour les opérations outre-mer. Les societes comme LYRA dans le milieu des paiements electronique y sont deja.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :