Les Espagnols, 1e clientèle étrangère à Montpellier par TGV

 |   |  528  mots
Jean-Luc Cousquer, président de l’Office du tourisme de la Métropole, Yann Monod, directeur général de la RENFE-SNCF en coopération, Philippe Saurel
Jean-Luc Cousquer, président de l’Office du tourisme de la Métropole, Yann Monod, directeur général de la RENFE-SNCF en coopération, Philippe Saurel (Crédits : Muriel Chêne)
Depuis que Montpellier n’est plus qu’à 2h52 de Barcelone grâce au TGV, le trafic n’a cessé de croître entre les deux villes, boostant l’activité touristique dans la capitale languedocienne. Un argument que le président de la Métropole a mis en avant, le 6 mars, pour défendre la LGV Montpellier-Perpignan, en présence de l'opérateur Renfe-SNCF.

« La LGV entre Montpellier et Barcelone, ça tombe sous le sens. Un enfant de 5 ans comprend cela ». Lors d'une conférence de presse, mardi 6 mars, Philippe Saurel, président de Montpellier Méditerranée Métropole, a réaffirmé que, malgré les reculades du gouvernement, il continuait son combat pour la construction de la ligne nouvelle entre Montpellier et Perpignan (LNMP), récemment jugée non prioritaire dans la rapport Duron.

Pour défendre ce projet initié il y a 30 ans, il s'est trouvé un allié de poids : Yann Monod, directeur général de la Renfe-SNCF en coopération. Ce dernier a présenté les tout derniers chiffres de la liaison à grande vitesse entre la France et l'Espagne, commercialisée depuis 4 ans, après la construction de 40 km de ligne nouvelle en Espagne.

« Montpellier, étoile montante des destinations de la LGV »

« Le trafic vers Montpellier est en progression constante. Entre 2016 et 2017, le volume de voyageurs s'est accru de 14 %, ce qui représente la plus forte hausse de toutes les destinations. Sur les 21 villes desservies, Montpellier est, depuis cette année, la 2ième ville la plus vendue après Paris. Elle a dépassé Perpignan qui passe en troisième position. Montpellier est l'étoile montante de cette liaison ferroviaire avec plus de 480 000 voyages entre l'Espagne et Montpellier depuis le lancement de la ligne », s'est-il enthousiasmé.

Et d'après lui, Montpellier est une destination à fort potentiel. « Montpellier attire par sa richesse culturelle et artistique, mais également son dynamisme économique et ses innovations architecturales ».

Pour le moment les voyageurs qui empruntent cette ligne le font essentiellement pour leurs loisirs. 36 % des voyageurs sont français, 26 % sont espagnols, les 36 % restants sont d'autres nationalités, un chiffre qui démontre bien l'attractivité touristique de cette région.

« Les voyages d'affaires ne représentent que 10 à 15 % du trafic, mais c'est une clientèle que nous allons cibler dans nos prochaines actions de promotion », a-t-il poursuivi.

Les Espagnols, 1ere clientèle étrangère à Montpellier

Jean-Luc Cousquer, président de l'Office du tourisme de la Métropole, a pointé la forte augmentation des visiteurs espagnols que Montpellier n'est plus qu'à 2h52 de Barcelone grâce au TGV mis en service fin 2013 : 54 108 nuitées en 2017 contre 28 749 en 2012 soit une hausse de 88 % en six ans. La clientèle espagnole est ainsi devenue la première clientèle étrangère sur le territoire de Montpellier, avec en proportion près de 60% de Catalans.

« Nous avons des résultats déjà très intéressants et nous avons encore des marges de progression. Le tourisme est un formidable gisement pour les années à venir. Tout ceci illustre bien la nécessité de construire cette ligne nouvelle entre Montpellier et Barcelone », a martelé Philippe Saurel.

L'édile a donc annoncé l'organisation en avril d'une réunion à Montpellier de toutes les villes concernées par la LGV : Nîmes, Montpellier, Sète, Béziers, Narbonne, Toulouse, Perpignan, Gérone, Figeras, Tarragone, Barcelone et Valencia.

« Nous cosignerons tous un document pointant l'urgence à programmer la réalisation du premier tronçon entre Montpellier et Béziers. Ici à Montpellier, on soutient la construction de cette ligne. On n'a jamais reculé. Nous tenons nos positions. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/03/2018 à 10:16 :
Faute de grives on se contente de merles. Mais enfin ne nous montrons pas systématiquement négatifs.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :