Orion Santé : restructuration du capital et digitalisation des soins à domicile

 |   |  644  mots
Orion Santé est spécialisée dans la formation des infirmiers libéraux.
Orion Santé est spécialisée dans la formation des infirmiers libéraux. (Crédits : DR)
L’entreprise spécialisée en formation des infirmiers libéraux restructure son capital. Dans un contexte législatif favorisant les soins à domicile, les deux fondateurs William Livingston et Marcel Affergan ont créé, en parallèle, une nouvelle entreprise et s’apprêtent à lancer une application destinée à coordonner les interventions des professionnels de santé libéraux auprès de patients à domicile.

Orion Santé prend un nouveau virage. Fondée en 2003 à Mauguio (34) par Marcel Affergan et William Livingston, cette entreprise spécialisée dans la formation pour les infirmiers libéraux, vient de boucler une restructuration de son capital après la sortie de William Livingston, parti à la retraite le 7 octobre.

L'opération est restée très « familiale » : aux côtés du P-dg Marcel Affergan se trouvent désormais ses trois fils, dont Robin Affergan qui, de directeur commercial, devient directeur opérationnel (les deux autres fils ne travaillent pas dans l'entreprise).

Sont également entrés au capital d'Orion Santé BNP Paribas Développement et Sofilaro (société de capital investisseur du groupe Crédit Agricole sur l'Occitanie-Est).

« L'entrée de BNP Paribas Développement et de Sofilaro au capital d'Orion Santé permettra de donner une meilleure visibilité au groupe tout en assurant son développement organique et externe », commente Marcel Affergan.

Partenariats ou rachats

L'entreprise, qui emploie 30 salariés et fait appel à 70 formateurs consultants externes, dispense quelque 1 000 formations annuelles et a formé 14 500 professionnels de santé en 2018. Soit un chiffre d'affaires d'environ 6,2 M€.

Elle propose différentes méthodes de formation : classique en présentiel (la grande majorité), le e-learning, le partage de pratiques, les congrès (plusieurs mini-congrès par an en France, et un par an à l'étranger, le dernier étant les 10 et 11 octobre derniers à Athènes sur la thématique des soins infirmiers du patient en chimiothérapie) et la réalité virtuelle depuis un an.

« L'État demande à ce que les professionnels se coordonnent mieux pour travailler plus à domicile, fait observer Robin Affergan. Nous prévoyons de monter des groupes de travail avec d'autres organismes de formation intervenant auprès des médecins et des paramédicaux, par le biais de partenariats ou de rachats d'organismes de formation. Nous avons déjà constitué un consortium avec des partenaires pour répondre récemment à un appel d'offres, et nous avons plusieurs pistes de rachats, mais qui ne devraient pas se faire avant un à deux ans. »

Une application pour coordonner les soins à domicile

En marge de cette restructuration, les deux fondateurs d'Orion Santé, William Livingston et Marcel Affergan, ont créé une autre entreprise, Community Care Technology, également basée à Mauguio. Son objectif : développer un outil digital permettant à la communauté des professionnels de santé libéraux de se coordonner dans le cadre de leurs interventions à domicile auprès de patients atteints de pathologies chroniques et complexes.

L'application développée par Community Care Technology se nomme LEO (pour Lien-Échange-Organisation) et prétend répondre à une demande explicite du gouvernement, traduite dans la loi "Ma santé 2022" (relative à l'organisation et à la transformation du système de santé, promulguée le 24 juillet 2019) : inciter les professionnels à se regrouper autour du patient pour le maintenir à domicile et mieux gérer son parcours de soins en évitant ainsi sa ré-hospitalisation.

« LEO permettra de coordonner les situations nécessitant une implication de toute une équipe, principalement le médecin, l'infirmier, le pharmacien, le kinésithérapeute et la biologie, explique William Livingston. L'application offre des espaces d'échange d'informations entre les professionnels et permettra de réagir dans les 5 minutes grâce à une information permanente en direct. En V2, on sera aussi en relation avec hôpital et le médico-social, et nous ajouterons un espace pour le patient afin de le rendre acteur de sa santé. L'ambition ultime, c'est d'ajouter de l'intelligence artificielle pour que LEO soit capable d'établir un plan d'éducation thérapeutique pour la personne (sorte d'assistant de soin personnalisé numérique, NDLR). »

L'application, qui sera payante pour les professionnels de santé (environ 15 €/mois), entre en phase test sur 200 patients et sa commercialisation est programmée pour le début de l'année 2020. Community Care Technology emploie actuellement cinq personnes et devrait donc recruter des commerciaux et des informaticiens en back office.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :