ACB-Langues et ILO se rapprochent

 |   |  344  mots
Clare Hart, présidente, et Nigel Connor, gérant d'ACB-ILO
Clare Hart, présidente, et Nigel Connor, gérant d'ACB-ILO (Crédits : YP)
Concurrents depuis une vingtaine d’années, ACB-Langues et ILO ont annoncé, le 2 février, la fusion de leurs compétences pour davantage peser sur le marché de la traduction, de la formation, de l’interprétariat et de la relocation.

Les entreprises héraultaises spécialisées dans la traduction, la formation et l'interprétariat ACB-Langues et ILO créent une alliance. Le fonds de commerce de la société ILO a été racheté par ACB-Langues pour un montant resté confidentiel. Nigel Connor, fondateur d'ACB Langues, devient gérant et Clare Hart, fondatrice d'ILO prend la fonction de présidente de la nouvelle entité ACB-ILO.

« Nous nous connaissons depuis la création de nos entreprises respectives, indique Clare Hart. Alors que nous étions concurrents depuis une vingtaine d'années, avec des parcours similaires, nous considérons que ce rapprochement va nous permettre de réunir nos forces. »

« Nos entreprises sont identiques mais avec des modes de gestion différents, explique Nigel Connor. Certains de nos clients sont communs. ILO bénéficie d'une image publique de par la réputation de sa dirigeante, avec un esprit visible de qualité. ACB-Langues avance dans l'ombre et a bâti, sur le terrain, des bases solides. Nos approches sont différentes mais complémentaires. »

Le contexte de la réforme

Dans un premier temps, les deux établissements physiques sont conservés et ACB-Langues viendra notamment dispenser ses cours dans les locaux d'ILO.

En ligne de mire, la réforme de la formation a notamment été l'une des raisons majeures de cette alliance, au regard de la concentration effective des organismes de formation voulue par cette réforme.

Parmi les objectifs de ce rapprochement, le groupe prévoit un développement de son marché sur l'ensemble de l'arc méditerranéen, de Toulouse à Lyon, sachant qu'ILO est présent en PACA depuis douze ans. Un ancrage national et international est également envisagé.

Le chiffre d'affaires d'ACB Langues s'élevait en 2014 à 1,1 M€ avec un résultat net positif depuis sa création, tandis que celui d'ILO affiche 1,6 M€ avec un effectif plus important. ACB-ILO compte désormais une quinzaine de salariés en équivalent temps plein, mais une vingtaine de collaborateurs au total ainsi qu'un millier de clients dont la totalité des grands comptes de la région Languedoc-Roussillon.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :