A Montpellier, ce que le confinement a révélé de l’habitat participatif

 |   |  1289  mots
A Montpellier, dans le quartier des Grisettes, les habitants de la résidence d'habitat participatif Mas Cobado témoignent de leur expérience du confinement, seuls et ensemble à la fois.
A Montpellier, dans le quartier des Grisettes, les habitants de la résidence d'habitat participatif Mas Cobado témoignent de leur expérience du confinement, seuls et ensemble à la fois. (Crédits : Cécile Chaigneau)
Si la crise sanitaire et la période de confinement ont globalement été un électrochoc pour tout le monde, un regard dans le rétroviseur permet d’observer aussi des aspects positifs à cette période singulière. A Montpellier, la résidence d’habitat participatif Mas Cobado, dans le quartier des Grisettes, a démontré les vertus d’un tel mode de vie. Confinés ensemble, les habitants ont brisé la solitude au profit de la solidarité. Reportage.

En plein cœur de la résidence du Mas Cobado, au milieu d'un espace verdoyant, une table et des chaises témoignent de la tenue régulière de voisinades conviviales. Si on se trouve dans un quartier nouvellement sorti de terre à Montpellier (le quartier des Grisettes), non loin d'une ligne de tramway, on n'est pas, pourtant, au sein d'une résidence ordinaire...

Le Mas Cobado est le premier gros projet d'habitat participatif sorti de terre à Montpellier. Depuis 2016, une cinquantaine de personnes occupent les 23 logements dessinés et aménagés ensemble. Ici, l'aînée a 82 ans, la plus jeune, 6 ans. Toutes se sont retrouvés confinées ensemble, une expérience que Frédéric Jozon, l'un des habitants du Mas Cobado, qualifie de « découverte ».

« C'est la première fois en quatre ans qu'on vivait tous ensemble pour de vrai, 24 heures sur 24, note-t-il. On était à la fois seuls et ensemble. Tout le monde n'a pas réagi de la même manière, certains préférant rester vraiment confinés dans leur appartement, mais on a toujours été dans le respect... Alors que le gouvernement imposait des directives sans qu'on en comprenne toujours bien le sens, cette expérience a été l'occasion de nous réapproprier notre intelligence, en faisant jouer l'intelligence collective, en faisant confiance aux responsabilités individuelles, afin de rompre les solitudes. Ici, un tiers des habitants sont des personnes seules, notamment des retraités qui n'ont pas eu besoin de sortir faire leurs courses. Le virus n'est pas entré ici ! »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :