Oreka lance une solution pour optimiser la maintenance des centrales nucléaires

 |   |  551  mots
(Crédits : OREKA SOLUTIONS)
La société gardoise, spécialisée dans la simulation des interventions en milieu nucléaire, lance sur le marché, à partir de juin, une nouvelle version de DEMplus. Ce logiciel, destiné à optimiser les opérations de grands carénages dans le cadre de la prolongation de durée de vie des centrales nucléaires, sera dévoilé le 9 juin à Paris.

DEMplus for nuclear, le logicien de simulation 3D mis au point par Oreka Solutions et lancé en octobre 2013, a pour vocation de mettre en place une stratégie optimale dans le cadre du démantèlement d'une centrale nucléaire.

Or, l'industrie nucléaire française mais aussi internationale doit faire face à un double enjeu : maîtriser les projets de démantèlement des installations les plus anciennes, mais aussi maintenir la sûreté et la compétitivité des réacteurs en fonctionnement.

À compter de juin 2015, la société gardoise ouvre le champ d'application de ce logiciel aux opérations de maintenance, d'exploitation et surtout de rénovation, dites opérations de grands carénages.

« L'augmentation de la durée de vie des centrales nucléaires a été actée par le projet de loi relatif à la transition énergétique pour la croissance verte (adoptée en 2e lecture à l'Assemblée Nationale, NDLR), déclare Luc Ardellier, le P-dg de Oreka Solutions. EDF parle de budgets de l'ordre de 55 Mds € pour son parc de réacteurs sur une quinzaine d'années. D'autant que depuis Fukushima, des travaux doivent également être réalisés pour renforcer leur niveau de sûreté. Et chaque journée d'arrêt d'un réacteur représente un manque à gagner de l'ordre du million d'euros... Notre plate-forme permet une approche globale et optimale, prenant en compte la durée de l'opération, l'aspect financier et l'aspect risque. »

Concrètement, la maquette 3D du site est importée dans le logiciel. Un avatar se déplace dans l'application et calcule « combien ça coute, combien de temps ça dure, quels sont les déchets générés, etc. en temps réel », explique Luc Ardellier.

Ainsi, la solution est-elle présentée avec la promesse d'un gain de 15 à 20 % sur le coût des projets.

« Notre logiciel permet de tester plusieurs stratégies et donc de choisir la moins coûteuse, la moins longue et la moins dangereuse », affirme Luc Ardellier, ajoutant qu'« il n'existe à ce jour pas de solutions équivalentes ».

500 à 1 000 utilisateurs supplémentaires

Oreka Solutions, qui présente cette nouvelle solution à la presse le 9 juin à Paris, compte bien convaincre les entreprises qui utilisent déjà la 1ère version de DEMplus for nuclear (une vingtaine de licences ont été vendues à de grands groupes tels que CEA, l'INSTN, SPIE ou COFELY ENDEL). Mais aussi l'électricien EDF et ses partenaires, ainsi que leurs homologues internationaux.

« Sur le marché français, nous visons entre 500 et 1 000 utilisateurs supplémentaires, ce qui nous permettrait de doubler le nombre d'utilisateurs sur la question du démantèlement, précise Luc Ardellier. À l'export, nous ne l'avons pas chiffré de façon si précise mais les besoins sont importants, par exemple aux États-Unis avec une centaine de centrales nucléaires. »

Le dirigeant déclare viser 800 000 à 1 M€ de chiffre d'affaires en 2015, et le multiplier par deux en 2016.

La prochaine étape, pour l'entreprise, sera l'extension de cette solution à d'autres industries que le nucléaire. Une levée de fonds de 475 000 € a été finalisée en avril 2015 dans cet objectif, avec une commercialisation prévue fin 2015. « Les besoins se confirment », affirme Luc Ardellier.

L'entreprise, qui emploie douze personnes à ce jour, pourrait recruter deux à trois personnes d'ici la fin de l'année, et quatre à dix collaborateurs supplémentaires en 2016.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :