Oreka Sud lance un outil 3D pour le nucléaire

 |   |  529  mots
Installée à Bagnols-sur-Cèze (30), la PME spécialiste de la simulation de démantèlement nucléaire se développe à grande vitesse. Un nouvel outil et de multiples recrutements sont au programme.


Oreka Sud lance son serious game le 4 octobre 2013. Après trois années de recherche et développement, l'entreprise dirigée par Luc Ardellier concrétise ses projets et élargit ses compétences.

Si l'activité principale de l'entreprise est l'expertise et la formation dans le domaine du démantèlement nucléaire, Oreka Sud ajoute une corde à son arc et lance un outil de simulation en 3D pour préparer les interventions de démantèlement, de maintenance et de rénovation des installations nucléaires.

« L'outil est quasiment terminé, se réjouit Luc Ardellier. Son lancement commercial est prévu le 4 octobre et sera présenté sur notre territoire, à proximité du site de Marcoule. Une tournée de présentation est ensuite prévue en France, puis au Japon durant trois jours, ainsi qu'à Manchester lors du salon du démantèlement. »

Grâce à une maquette numérique, un ordinateur et une souris 3D, le principe du simulateur consiste à faire évoluer un avatar dans un environnement représentant une installation nucléaire. Au fil des opérations, l'outil calcule le coût, le temps, le risque nucléaire, la dosimétrie et les déchets générés pour chacune des actions.

« L'intérêt de DEMPlus for Nuclear est de simuler très rapidement différentes solutions de maintenance ou de démantèlement, et grâce à l'interface très intuitive, de retenir le scénario optimum, précise Luc Ardellier. Des rapports sont également édités automatiquement et peuvent être utilisés directement par les opérateurs pour réaliser les interventions. Plusieurs grands groupes industriels sont déjà vivement intéressés et n'attendent plus que la sortie commerciale de notre produit. »

Si la question du démantèlement du nucléaire alimente régulièrement les débats, les décisions politiques n'influeront en rien le marché d'Oreka Sud, puisque dirigé aussi bien vers les exercices de maintenance que de rénovation des équipements nucléaires.

Créée en août 2010, l'entreprise a bénéficié du soutien du Conseil régional à travers l'aide à la faisabilité technologique (AFT) et du soutien de Créalia. En juillet dernier, Oréka Sud a fait une levée de fonds de 750 000€, faisant ainsi entrer dans son capital, une filiale d'Areva, une filiale de CEA Investissement, une filiale de la Banque Populaire ainsi la Soridec, son actionnaire principal. À cette levée de fonds s'est ajoutée un soutien de bpifrance à hauteur de 600 000 € ainsi qu'une récompense de 100 000 € versée grâce au concours "Coup de pousse" du Conseil régional, remporté par Oreka Sud en mars dernier.

Les objectifs de l'entreprise Oreka Sud sont ambitieux : 350 000 € de chiffre d'affaires à la fin 2013, puis 1,3 M€ en 2014. L'équipe de l'entreprise s'est dores et déjà agrandie, passant de 5 à 11 salariés, et devrait s'étoffer d'une dizaine de personnes chaque année durant trois ans. Les recrutements ciblés sont des techniciens commerciaux, des développeurs informatiques et des ingénieurs du démantèlement.

Ysis Percq

Lire également:

Le palmarès du 1er concours "Coup de pousse"

Légende : capture d'écran de DEMPlus for Nuclear
Crédit photo : Oreka Sud


Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :