La cleantech Bulane lève 2,8 M€ pour muscler ses capacités de production

 |   |  913  mots
(Crédits : Laurent Piccolillo / BULANE)
L’Héraultais Bulane, inventeur de la flamme industrielle propre produite à partir d’hydrogène, annonce avoir levé 2,8 M€ auprès des mêmes actionnaires que lors de son 1er tour de table en 2015. Objectif : accompagner sa croissance exponentielle, tant sur le plan industriel que commercial et innovation.

Comment passer d'une start-up innovante à une PME innovante ? Telle aura été la thématique de l'année 2018 pour l'entreprise héraultaise Bulane, fondée et dirigée par Nicolas Jérez à Fabrègues (34). La cleantech, inventeur de la flamme hydrogène industrielle propre, vient de lever 2,8 M€.

Un 2e tour de table après celui de 2015 (2,7 M€), réalisé très exactement auprès des mêmes investisseurs : Sofilaro, Irdi Soridec Gestion, Sofimac Innovation, Jeremie, bpifrance, la Banque Populaire du Sud, la Société Marseillaise de Crédit, la BNP et le Conseil régional Occitanie.

Il y a un an, l'entreprise annonçait un partenariat commercial d'envergure avec le groupe Castolin, major du matériel de soudage et brasage (filiale du groupe international Messer), pour commercialiser le Dyomix® OHM 2.4, version nomade de sa technologie, sur un marché à fort potentiel, celui des professionnels du génie climatique (frigoristes, chauffagistes, cuisinistes ou plombiers).

« À la fin de l'année, nous devrions atteindre les 100 % de croissance, se réjouit Nicolas Jérez, qui devrait communiquer sur son chiffre d'affaires fin 2018. Nous avons dû passer de la petite série à la grande série ! En 2018, nous aurons ainsi produit plus de 400 appareils mobiles et entre 50 et 70 appareils industriels de la gamme historique. Soit une moyenne de 4 machines par jour... Il faut muscler Bulane, et cette levée de fonds permettra d'agir sur trois axes principaux : une montée en puissance industrielle, une montée en puissance commerciale et la poursuite du développement technologique. »

Un partenariat de sous-traitance avec APF 34

De dix salariés, l'entreprise est montée à 14, notamment « avec des spécialistes industriels », précise Nicolas Jérez.

« Il a fallu revoir tous nos process, dont celui de la qualité, explique le dirigeant. Nous générons beaucoup de flux d'activité et il a fallu financer le besoin en fonds de roulement. Nous avons noué de nouveaux partenariats en sous-traitance, notamment, sur l'aspect industriel, avec les APF 34 (entreprise adaptée pour l'intégration professionnelle durable des travailleurs handicapés, basée à Montpellier et dirigé par Christophe Rey, NDLR) avant l'été. Nous voulons si possible travailler sur le territoire en écosystème avec des gens qui portent une démarche RSE. D'où ce pari avec Christophe Rey de faire travailler personnes handicapées en insertion. Les 400 machines ont été réalisées par les 45 salariés d'APF 34, qui fabriquent  80 % de chaque appareil, le reste se faisant chez Bulane. Nous allons leur confier toute la production de l'an prochain, soit environ 800 machines. Je souhaite que les appareils de Bulane puissent être fabriqués sur site industriel en externe, ce qui permet la scalabilité de la montée en puissance. Nous avons dû nous staffer en interne pour piloter la sous-traitance. »

Export-compatible

Sur le plan commercial, l'entreprise a aussi dû s'organiser pour suivre le fort développement impulsé par Castolin, présent dans une centaine de pays (en Europe, sur le Moyen-Orient, en Afrique et en Russie).

« Nous avons dû participer à la formation des forces de ventes, et faire en sorte que notre produit soit export-compatible du point de vue technique et technologique. »

Pour l'heure, le chiffre d'affaires se réalise à part égale sur les générateurs Dyomix®, qui répondent aux besoins industriels, et sur les appareils mobiles Dyomix® OHM 2.4.

« En 2019, l'appareil mobile sera prépondérant, note Nicolas Jérez. Nous menons actuellement des actions aux USA, au Canada, au Japon et en Corée, là où Castolin n'est pas présent, pour trouver d'autres distributeurs dès 2019. »

Miniaturisation : encore plus loin

Troisième axe d'investissement : la R&D. La petite entreprise, qui souhaite conserver son avance technologique, poursuit sa démarche de miniaturisation de son générateur de flamme hydrogène propre.

« Nous visons le même marché mais pour une cible encore plus petite : les artisans indépendants comme le plombier, le petit bijoutier, le serrurier, qui utilisent la flamme avec les mêmes contraintes de devoir disposer d'une bouteille d'hydrogène alors qu'ils ne l'utilisent pas tous les jours. Notre objectif est de descendre de 35 à 20 kg. Ce qui signifie faire sauter des verrous technologiques importants... Le Dyomix mobile adresse un marché de 2 millions de cibles potentielles dans le monde. Le marché des artisans représente, quant à lui, 10 millions de clients potentiels. Cette nouvelle version encore miniaturisée devrait être finalisée en 2019 et lancée début 2020. Et commercialisée également par Castolin. »

Filière hydrogène

Le jeune dirigeant est depuis le début très engagé et actif sur la filière hydrogène, tant au niveau national (plan de déploiement de l'hydrogène pour la transition énergétique, lancé en juin 2018 par Nicolas Hulot, alors ministre de la Transition écologique et solidaire) que régional, la Région Occitanie ayant affiché en avril dernier son ambition avec le lancement de la marque HyDéO, sa stratégie globale hydrogène.

Car la technologie développée par Bulane, qui consiste à alimenter une flamme de chalumeau haute température produite par électrolyse, pourrait bien intéresser les acteurs régionaux dans le développement de la filière hydrogène.

« L'ambition est de développer sur le territoire un écosystème d'acteurs pour bâtir une filière industrielle, souligne Nicolas Jérez. Bulane est sur la brique technologique électrolyse, c'est un spécialiste de la fabrication d'électrolyseurs... Avec son bureau d'études et son réseau de sous-traitants, Bulane a des capacités à se diversifier. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :