CES de Las Vegas : un accélérateur de business pour les pépites régionales

 |   |  484  mots
L'équipe réjouie de Matooma
L'équipe réjouie de Matooma (Crédits : Matooma)
De retour du salon CES à Las Vegas, qui se tenait du 6 au 9 janvier, les entreprises régionales annoncent de sérieuses prises de contacts et, pour certaines, des contrats déjà signés. Parmi elles, Matooma, Soledge et Snapkin.

Les entreprises régionales ne sont pas revenues bredouille du salon CES à Las Vegas. Du 6 au 9 janvier, elles étaient douze à s'être rendues aux États-Unis, sous la bannière Sud de France Développement, sous le pavillon Ubifrance, ou à leur propre compte.

Réputée pour révéler les dernières tendances en matière d'innovation technologique, cette édition 2015 a confirmé l'expansion des objets connectés. Au milieu des 3 500 exposants venus du monde entier, 120 étaient françaises, dont beaucoup représentaient la force French Tech. Parmi elles, quelques unes de nos pépites régionales :

Parti grâce à l'organisation de Sud de France Développement, Matooma a découvert un marché américain à prendre.

Matooma

« Nous avons touché 150 contacts, dont 80 projets concrets, raconte Frédéric Salles, fondateur. Parmi ces 80 nouveaux prospects, 60 sont implantés aux États-Unis. C'est un marché très conséquent. Notre offre n'y existe pas. Nous avons donc décidé d'installer un de nos collaborateurs à New-York de façon permanente, dans les murs de la Maison du Languedoc-Roussillon, dès février. Je prends date pour l'an prochain. »

L'entreprise Soledge, spécialisée dans la hi-fi connectée très haut de gamme, s'est rendue au CES sous la bannière Ubifrance après avoir été sélectionnée parmi quinze start-ups françaises.

Soledge à Las Vegas

« Nous avons signé un contrat avec un distributeur dédié à la Californie, annonce Maryam Bini, cofondatrice. Nous avons également pris contact avec les représentants d'autres États américains. Notre technologie a intéressé beaucoup de monde dont des Français, des Américains mais aussi des Asiatiques, des Australiens et des Canadiens. Emmanuel Macron s'est lui aussi montré très intéressé et surpris de notre production exclusivement languedocienne. Plusieurs grands patrons nous ont félicité, c'était très valorisant. »

 Snapkin, poussin parmi les géants, a réussi à tirer son épingle du jeu en suscitant l'intérêt des grands comptes.

Snapkin Las Vegas

 « Le CES est un énorme accélérateur, relate Jérémy Guillaume, fondateur. Dans la quantité de contacts que nous avons pris, nous avons plusieurs grands comptes français et américains. Nous avons notamment une touche sérieuse avec une grande chaîne américaine de magasins de mobilier et décoration. Après ce salon, les américains attendent de nous une grande réactivité et nous allons donc transformer concrètement ces contacts dans les trois semaines à venir. Nous réfléchissons à ouvrir rapidement un bureau, ou au moins une adresse, aux États-Unis. Une très grande entreprise chinoise s'intéresse également à nous. Par ailleurs, un fonds d'investissement basé aux États-Unis, spécialisé dans l'immobilier, nous a proposé de déposer un dossier afin d'intégrer leur accélérateur de start-ups en avril. »

 Neuf autres entreprises régionales étaient présentes au CES : JVWeb, Home to Nature, Ela Innovation, Mediapod, Virdys, Voxtok, Awox, System Web et Compufirst.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :