1001pharmacies crée le 1er site de vente en ligne pour pharmaciens

 |   |  389  mots
Créé à Lunel (34) par la société eNova Santé SAS, 1001pharmacies.com permet aux pharmacies de vendre aussi sur Internet. Dans le futur, le site, qui se limite pour l'instant à la parapharmacie, pourrait commercialiser des médicaments.

D'un côté, en quelques clics, les pharmaciens renseignent leurs références disponibles. De l'autre, le consommateur fait son tri, sélectionne les produits de son choix et opte entre la livraison à domicile et le retrait en officine.

En fonction, 1001pharmacies.com lui proposera le prix le moins cher ou la pharmacie la plus proche où il retirera sa commande « sans file d'attente », précise Sabine Safi, cofondatrice de la plate-forme et diplômée en webmarketing par l'ESC Toulouse.

Le site mis au point par la société eNova Santé SAS permet aux consommateurs de s'assurer de l'origine d'un produit. Et aux pharmaciens de profiter du juteux commerce en ligne des produits de santé, qui s'élèvera à 400 millions d'euros en 2015.

« En utilisant notre plate-forme, les pharmacies économisent le coût de la création et de la gestion d'un site Internet. De plus, elles n'ont pas à payer de frais d'inscription ni d'abonnement », indique Cédric O'Neill, cofondateur de 1001pharmacies.com et lui-même pharmacien de formation.

En échange, elles reversent 10 % du produit de leurs ventes réalisées par le biais du site

.

Lancé fin octobre après dix-huit mois de travail, 1001pharmacies.com, basé à Lunel et soutenu par la pépinière d'entreprises innovantes Via Innova, a enregistré, en un mois, une centaine de commandes pour un panier moyen de 50 €.

Pour l'heure, le site, qui emploie trois personnes, compte dix pharmacies référencées, dont sept en Languedoc-Roussillon et trois à Toulouse (31), Bordeaux (33) et La Rochelle (17).

Cédric O'Neill en espère trente d'ici la fin 2012, dont une à Marseille et une à Lyon, et 500 dans un an, à travers toute la France.

L'embauche, d'ici la fin de l'année, d'un community manager doit également renforcer la visibilité de la start-up sur les réseaux sociaux et donc d'étendre le nombre de consommateurs.

Le site compte déjà 1 500 amis Facebook, 2 500 followers Twitter et 30 000 visites par mois sur son blog.

À terme, il entend devenir le premier « réseau social beauté-santé sur Internet ».

Autre levier de développement, la diversification. Pour l'instant limité à la parapharmacie, le site, qui a reçu pour son lancement un soutien financier d'OSEO et de la Région de l'ordre de 100 000 €, envisage de proposer des médicaments délivrables sans ordonnance, comme le paracétamol ou les sirops contre la toux.

Mathieu Bouchard

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :