27e Salon de l'immobilier : expliquer les changements

 |   |  390  mots
Organisée du 14 au 16 mars au Corum de Montpellier, cette 27e édition s'ouvre dans un contexte morose, tout en permettant aux professionnels d'éclairer les nombreuses évolutions législatives en cours, selon Guilhem Michel, directeur du salon.

Dans le cadre de ce salon, Objectif Languedoc-Roussillon organise un Club de l'éco sur la thématique « L'immobilier est-il trop cher ? » le vendredi 14 mars de 9 h à 11 h. Parmi les intervenants : François Payelle et Xavier Bringer, respectivement président national et régional LR de la Fédération nationale des promoteurs immobiliers, Bruno Cassin, président de la FNAIM Hérault, et Serge Nauges, président de l'Union des maisons françaises du Languedoc-Roussillon.

Combien d'exposants seront-ils présents et combien de visiteurs attendez-vous ?
Guilhem Michel :
Nous occupons les trois étages du Corum, et nous accueillons cette année encore le maximum d'exposants possible, soit 110 professionnels. Le nombre est stable depuis trois ans. Ce sont des promoteurs immobiliers, des constructeurs de maisons individuelles, les agences immobilières, la FNAIM, les banques et les courtiers en financement, les architectes ou encore des structures comme la SERM-SAAM. En 2013, nous avons enregistré 4 500 visiteurs. Cette année, nous attendons 5 000 visiteurs sur les trois jours. Rappelons que l'entrée est gratuite.

La crise que connaît le secteur modifie-t-elle le comportement des acteurs de l'immobilier vis à vis du salon ?
Guilhem Michel :
En Languedoc-Roussillon, on a l'impression qu'on s'en sort mieux. On observe toujours autant de grues à Montpellier. La qualité de vie et la ville elle-même sont attractives. Néanmoins, il ne faut pas hésiter à se montrer, à présenter les programmes, etc. C'est la raison pour laquelle on enregistre toujours beaucoup de demandes de la part des exposants.

Les professionnels de l'immobilier sont dans l'attente de changements législatifs. Comment cela va-t-il orienter le salon ?
Guilhem Michel :
En effet, la tendance est à la baisse, et tout le monde est en stand-by... On attend les nouvelles mesures, et il y a de nouvelles lois, qu'il faut expliquer. Et les visiteurs viennent se renseigner. Le salon a pour objectif de rendre compte du plus large panorama possible de professionnels de l'immobilier. Nous organisons des conférences avec les constructeurs de maisons individuelles qui ont besoin de faire de la pédagogie sur la réglementation thermique, ou encore les notaires qui parleront de la transmission du patrimoine ou de la fiscalité sur les plus-values.

Propos recueillis par Cécile Chaigneau

Voir également:

La vidéo du Club de l'éco organisé lors du Salon de l'immobilier 2013


Légende : Guilhem Michel
Crédit photo : Christine Caville


Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :