L'Europe a versé 380 M€ à l'économie régionale

 |   |  343  mots
À mi-parcours du programme 2007/2013, doté de 900 M€ pour la région, les européens fonds ont pour l'instant bénéficié à 24 000 projets.


Les divers programmes européens, définis pour la période 2007/2013 afin de renforcer la coopération économique entre l'Union Européenne et le Languedoc-Roussillon, ont déjà versé 380 M€ sur l'enveloppe prévue de 900 M€.
24 000 projets locaux en ont bénéficié, générant par effet de levier 1,2 Mds € d'investissements dans l'économie régionale.

« Nous travaillons au développement du Languedoc-Roussillon main dans la main, et non pas chacun de notre côté, s'est félicité Jean-Claude Gayssot, vice-président de la Région délégué aux relations internationales. À l'heure où les turbulences sur l'euro encouragent le repli de chacun sur ses intérêts propres, c'est plus que jamais nécessaire pour tous les secteurs, de la création d'entreprises à l'emploi, en passant par la recherche, qui bénéficient de ces 900 M€ ».

Au plan des entreprises, 278 projets innovants ont été retenus, représentant 48 M€ attribués via le Fonds européen pour le développement régional (FEDER).
1 000 exploitations et 150 entreprises agroalimentaires ont, quant à elles, reçu le soutien du Fonds européen agricole pour le développement durable (FEADER).

« Après une réflexion sur l'amélioration de nos productions, nous avons reçu 68 000 € répartis à part égale entre le FEADER et la Région, explique Françoise Antech, directrice du Domaine de Flassian, à Limoux (11). Ces fonds nous ont permis de moderniser le caveau familial, d'acheter une cuve de 1 000 hectolitres, et d'améliorer l'habillage de nos vins. Et donc d'investir pour continuer à innover. »

Un bémol : dans le plan prévu pour la modernisation du Port de Sète, la Direction générale de l'environnement de la Commission Européenne bloque encore les fonds destinés à la construction de la future gare multimodale. Elle demande qu'on lui remette tout de suite l'étude d'impact, alors que le droit français ne l'exige pas avant plusieurs années.
Selon les services de la Préfecture, des discussions sont en cours pour résoudre ce point de procédure « dans le courant du premier semestre 2011. »

Anthony Rey

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :