La Capeb fustige le statut d'auto-entrepreneur

 |   |  169  mots
Le syndicat régional des artisans et des petites entreprises du bâtiment demande que ce statut, aux charges réduites et donc très concurrentiel, soit révisé.

La Capeb LR persiste et signe. Dès la mi-2008, son président, Patrick Issaly, dénonçait tout simplement, avec le statut d'auto-enterepreneur, la légalisation du travail au noir en permettant à n'importe qui, y compris aux salariés du bâtiment, d'effectuer des travaux sans immatriculation au répertoire des métiers (voir Objectif Languedoc-Roussillon n° 86).
Deux ans plus tard, la charge est encore plus lourde car, entre temps, 320 019 personnes ont créé une entreprise sous ce statut en 2009 sur un total de 580 193, soit 55 % des créations.
Lors d'une conférence de presse le 15 juin, Patrick Issaly a demandé que ce régime soit profondément réformé :

« Ceux qui deviennent auto-entrepreneurs utilisent un système tout à fait légal. Ce n'est qu'à l'usage qu'ils s'aperçoivent de ses défauts.Notre revendication consiste à proposer qu'à l'issue d'un an d'activité, l'auto-entrepreneur choisisse un statut d'entreprise normale et renonce à son régime avantageux. »

Légende : Patrick Issaly, président régional de la Capeb
Crédit : Capeb LR

Marie-Claire Pit

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :