Un pôle chimie commence à prendre forme

 |   |  142  mots
La première pierre de l'Institut européen des membranes (IEM) a été posée sur le campus de Montpellier III.

À terme, une centaine de chercheurs y travailleront sur l'énergie, l'environnement ou la santé. Savoir séparer des molécules efficacement, dessaler ou rendre potable des eaux saumâtres, augmenter la durée de vie des piles à combustible, purifier de l'hydrogène... voici quelques exemples des techniques, dites « membranaires », qu'ils utiliseront. Les perspectives d'avenir sont exponentielles. C'est pourquoi les unités de recherche qui travaillaient dans ce domaine voient leur bâtiment s'agrandir de 1 000m2 avec la pose de la première pierre de l'Institut européen des membranes, où cohabiteront l'École nationale supérieure de chimie de Montpellier, l'Université Montpellier 2 et le CNRS. À la fin de l'année, ce sera l'un des laboratoires les plus importants en Europe. Le montant des travaux s'élève à hauteur de 3M€, financés par l'État (CNRS ), la Région, l'UM2 et AREVA.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :