bpifrance veut doubler ses objectifs sur la 2e année

 |   |  475  mots
Un an après sa mise en route, bpifrance dresse un bilan positif de son action en faveur des entreprises régionales, avec 3 484 sociétés financées. Mais la banque veut aller plus loin en 2014, notamment sur l'export et l'innovation.  

Un an après la constitution du comité exécutif de bpifrance (le 21 février 2013), la banque publique de financement établit un bilan positif de son action en Languedoc-Roussillon.

3 484 entreprises régionales (+ 5 %) ont bénéficié de l'action de bpifrance : 146 projets innovants (+ 3%), 2 825 projets en garantie, 583 projets en financement, 248 projets en court terme (+ 15 %) et 424 projets en CICE (crédit d'impôt compétitivité emploi).

Sur la partie garantie, 516 M€ de risques ont été financés par la banque, ce qui a généré au total 1,2 Md€ de financements bancaires : 104 M€ en innovation, 272 M€ en garantie, 485 M€ en financement et 344 M€ en court terme.

Enfin, en terme d'investissement, 102 entreprises régionales ont été accompagnées en direct ou par le biais de fonds partenaires. La banque a ainsi souscrit 54 M€ dans cinq fonds régionaux ou interrégionaux.

« Les fonds apportés en garantie en Languedoc-Roussillon représentent 3 % de l'activité nationale de bpifrance, et ceux investis dans l'innovation 5 %, ce qui excède largement le poids économique de la région, commente Françoise Guetron-Gouazé, directrice régionale de bpifrance. Notre souci est que nous restons trop peu connus des petites entreprises. Il faut tordre le cou aux idées reçues et convaincre les TPE-PME qui disent que bpifrance ne les concernent pas. En 2014, nous aurons un grand défi : améliorer la compétitivité des entreprises grâce à l'innovation et l'export. Seules celles qui innovent et exportent sont en croissance aujourd'hui. Grâce à notre partenariat avec la Région, notamment à travers le fonds régional de garantie et le fonds régional d'innovation, et grâce aux produits de la Coface que nous reprenons, nous pouvons aller plus loin. »

Christian Bourquin, président du Conseil régional, qui préside également le comité régional d'orientation de bpifrance, fixe des objectif ambitieux, dans la même ligne d'action décrite par la directrice régionale : doubler les objectifs de la banque sur 2014.


« Nous nous lançons trois défis en 2014, détaille-t-il. D'abord, financer plus de TPE, car il faut aller plus loin pour toucher suffisamment cette économie de la proximité. On estime que 130 000 entreprises régionales entrent dans cette catégorie, et nous n'en touchons que 2,5 %. Il faudra passer à 5 % en 2014. Ensuite, nous devons avoir plus d'efficacité à l'export. Il faut trouver d'autres exportateurs. bpifrance a assez de capacité pour au moins doubler les financements à l'export au plan national. Enfin, il faut qu'il y ait plus de risques pris en garantie. bpifrance n'est pas là pour se substituer aux banques, mais elle peut ouvrir la voie à d'autres financements. »

Anthony Rey

Lire également :
La mise en place officielle de bpifrance en région

Légende : le préfet Pierre de Bousquet, Christian Bourquin, Nicolas Dufourcq (directeur général de bpifrance), et Françoise Guetron-Bouazé, lors de l'installation officielle de bpifrance en juin 2013.
Crédit photo : Edouard Hannoteaux

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :