Internationales de la Guitare, le festival qui « bouscule le territoire »

 |   |  649  mots
(Crédits : DR)
Reconnu pour sa programmation qualitative et éclectique, le festival des Internationales de la Guitare, qui aura lieu du 22 septembre au 13 octobre en Occitanie, se veut aussi un formidable levier économique et social pour le territoire.

C'est parti pour trois semaines de concerts avec la 23ème édition des Internationales de la Guitare (IG). Au total, près de deux cent artistes vont faire vibrer leur voix dans une soixantaine de salles de spectacle en Occitanie.

Le coup d'envoi sera donc donné ce samedi 22 septembre avec l'ouverture du salon de la lutherie à Toulouse, le plus grand de France et le second en Europe après Berlin.

« Le soutien  à l'économie locale est l'un des axe forts des IG, et ce salon, que nous organisons pour la 3ème année consécutive, confirme sa notoriété en réunissant près de 70 luthiers et entreprises artisanales de la filière », note fièrement Talaat El Singaby, directeur général des Internationales de la Guitare.

Le blues comme étendard

Côté musical, le line up fait honneur aux fondamentaux avec du blues africain, canadien, américain, haïtien ou français. Que ce soit la multi-instrumentiste Rokia Traoré qui chante la détresse des peuples déracinés, Jungle Box bousculant les codes avec son world trans blues, Martin Harley, l'un des maîtres de la guitare slide accompagné à la contrebasse par Alessandra Cecala, l'ethno musical Mélissa Laveaux, l'indomptable Popa Chubby, le swing de Hugh Coltman ou encore les Crossboarder Blues, trio à couper le souffle, tous, à leur façon, font rayonner cette grande musique sur les 5 continents.

Il sera également question de flamenco avec Vicente Amigo, digne successeur de Paco de Lucia, de pop avec Baxter Dury, de rock noisy avec les Da Freak. Et bien sûr de variété française en compagnie de Jil Caplan, Bernard Lavilliers, Jean-Louis Murat, Thomas Fersen ou encore L'inspecteur Cluzo.

Véritable laboratoire d'innovation, les 24h démentes (les 29 et 30 septembre) offrent cette année un parcours renouvelé dans la ville, avec un concert performance gratuit toutes les heures.

Les IG, vecteur de lien social

Si le festival se veut vertical dans ses choix artistiques sans concession, il est aussi horizontal par son large spectre géographique, comme le souligne Talaat El Singaby.

« L'originalité des IG réside aussi  dans cette volonté de parcours itinérant qui se déploie sur une vingtaine de villes du département de l'Hérault et de la région, favorisant synergie territoriale, rencontre et accès à tous les publics. J'aime bousculer le territoire pour réveiller les gens et amener des pépites dans des lieux inhabituels. Kobo Town, l'un de mes coups de cœur, promet un moment inoubliable à Jacou. Tout comme la composition à 4 mains de Beauty and the Beast à Saint-Géniès-des-Mourgues. »

Fortement Impliqué socialement, le festival pousse à l'année les portes des classes et des collèges pour y faire entrer artistes et professionnels de la culture et du spectacle. C'est le cas notamment à Lunel ou à Béziers.

« On enfonce le clou dans l'aménagement culturel du territoire, insiste Talaat El Singaby. Le citoyen doit pouvoir être instruit et conscient pour participer au vivre-ensemble et à la cohésion de la nation. »

Lancement d'un club des mécènes

Avec un budget conséquent de près d'1 M€ (financé à parité par des subventions publiques, des mécènes et la billetterie), le festival  est l'un des plus grands évènements musicaux en Occitanie, attirant quelque 60 000 festivaliers.

Pour assurer sa pérennité et son développement, les organisateurs ont décidé de lancer un Club des Mécènes, placé sous la présidence d'André Deljarry, le président de la CCI de l'Hérault et 1er vice président de la CCI Occitanie.

« Les mécènes du festival sont majoritairement issus de grandes entreprises héraultaises, une quinzaine environ, déclare André Deljarry. Mon ambition est de les fidéliser et d'aller plus loin en mobilisant des entreprises nationales pour participer à cette aventure. Une aventure débutée il y a 23 ans et dont l'horizon est prometteur. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :