Les arènes de Béziers et de Nîmes avancent à tâtons sur la programmation 2021

 |  | 904 mots
Lecture 5 min.
Après une année presque blanche en 2020, les arènes de Béziers (comme de Nîmes ou d'ailleurs) manquent de visibilité sur 2021.
Après une année presque blanche en 2020, les arènes de Béziers (comme de Nîmes ou d'ailleurs) manquent de visibilité sur 2021. (Crédits : Ville de Béziers)
Les arènes, haut lieu de la tauromachie mais aussi d’autres activités annexes, n’échappent pas aux incertitudes générées par la crise sanitaire du Covid-19. A Nîmes tout comme à Béziers, les arènes ont dû revoir à la baisse leurs ambitions de programmation en 2021.

Depuis le début d'année, une organisation tricéphale dirige officiellement les arènes de Béziers, après le règne de trois décennies de Robert Margé. C'est d'ailleurs son fils, Olivier Margé, 37 ans, qui a repris les rênes pour cinq ans (renouvelables), en association avec l'un des meilleurs toreros international, Sébastien Castella, et du célèbre impresario du monde taurin, Simon Casas.

Associés à parts égales au sein de leur société, Betarra, ils ont signé une convention tripartite avec le maire de Béziers, Robert Ménard, et les propriétaires privés des arènes. Le trio n'a pas eu de mal à convaincre.

« Olivier est l'un des meilleurs éleveurs français, Sébastien une vedette depuis vingt ans et ma société de production, la première au niveau mondial, apporte une garantie d'expérience professionnelle et de savoir-faire, exprime Simon Casas qui, outre Valencia, Saragosse, Alicante ou Madrid, dirige aussi les arènes de Nîmes (30) depuis quarante ans. A la frontière entre le sud-est et le sud-ouest, les arènes de Béziers sont...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :