La nouvelle région Occitanie est née

Le 24 juin, au terme de presque trois heures de vifs débats, l’assemblée plénière de la Région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées a adopté à 85 voix « pour » une résolution unique proposant « Occitanie » comme nouveau nom de baptême.
Carole Delga s'est exprimée face à la presse après le vote en faveur d'Occitanie en assemblée plénière, le 24 juin
Carole Delga s'est exprimée face à la presse après le vote en faveur d'Occitanie en assemblée plénière, le 24 juin (Crédits : Edouard Hannoteaux)

Sans qu'il n'y ait aucun rapport entre l'une et l'autre, l'adoption du nom de baptême de la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées aura quelque peu été éclipsée par la surprise générée par le vote des ressortissants britanniques pour la sortie du Royaume-Uni de l'Europe... Les deux événements avaient lieu ce même 24 juin.

L'Assemblée plénière de la Région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées réunissait ce jour-là les conseillers régionaux (155 sur 158) au Parc des Expositions, à Pérols (34). Le premier sujet inscrit à l'ordre du jour était la résolution comportant avis au gouvernement relatif à la fixation du nom définitif de la région.

Pour rappel, le Conseil régional avait lancé une grande consultation citoyenne durant un mois, jusqu'au 10 juin. Parmi les cinq noms proposés (Languedoc, Languedoc-Pyrénées, Occitanie, Occitanie-Pays catalan, Pyrénées-Méditerranée), c'est « Occitanie » qui était arrivé en tête des classements opérés par les participants.

Un arbitrage délicat

Depuis la fin de cette consultation citoyenne et la préférence affichée pour le nom « Occitanie », les commentaires et désapprobations avaient fleuri de toutes parts, notamment du côté des Catalans qui se sentaient exclus par ce terme. En ardent défenseur de la démarche participative, la présidente de Région Carole Delga devait alors se livrer au délicat exercice d'arbitrer tout en prenant en compte la voix citoyenne exprimée.

Et c'est finalement bien le nom « Occitanie » qui était proposé au vote des conseillers régionaux, la résolution à discuter proposant « au gouvernement que la Région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées soit dénommée définitivement "Occitanie". Ce nom sera enrichi dans la communication institutionnelle de la Région par une référence permanente aux Pyrénées et à la Méditerranée. Ces termes pourront être, dans certaines occasions, traduits en langues catalane et occitane ».

« Cette délibération unique porte en elle les fondements de notre identité régionale et du fonctionnement de notre collectivité, déclare la présidente Carole Delga en préambule. Ce nom sera un message fort envoyé à tous nos voisins. Je souhaite un nom qui dise où nous sommes et qui nous sommes. Un nom pour marquer notre différence. Il sera notre signature, notre étendard. »

L'ajout de Pyrénées et Méditerranée permet notamment de délimiter un territoire occitan qui s'étend normalement au-delà des limites de la nouvelle région, de Bordeaux à l'Italie. Mais aussi de satisfaire un pan de la population, les Catalans, qui se sentent exclus du seul nom d'Occitanie.

La présidente ajoute qu'enrichir Occitanie de ces deux termes, « c'est avoir conscience de ce formidable carrefour de culture ». Les deux noms accolés avaient notamment remporté la préférence du monde économique régional.

Sang et or

En réponse aux inquiétudes et protestations du monde catalan, Carole Delga se veut rassurante.

« Cet ensemble promet de ne laisser aucun territoire, aucune culture sur le bord du chemin. Je n'accepterai pas que l'on dise que la Région abandonne les Pyrénées-Orientales. Ces paroles seront suivies d'actions concrètes : nous mettrons en place un organe de concertation pour la culture catalane, pour mettre en œuvre des politiques de soutien pour l'enseignement et le partage de la culture catalane. Par ailleurs, nous allons créer un office public régional pour la langue catalane. Je souhaite également que l'Euro-Région ait de nouveau son siège à Perpignan. Enfin, les couleurs sang et or seront dans l'emblème de notre région. »

« Le nom Occitanie seule a été considéré comme une provocation au départ, déclare Guy Esclopé, conseiller régional PRG catalan. Les actions annoncées sont de nature à rassurer les Catalans. Nous avons confiance en vous. »

« Ce choix, c'est notre crainte, porte une tentation de repli sur soi, ajoute le Catalan Jacques Cresta, du groupe Socialiste républicain et citoyen. Il nous faudra être vigilants. Les Catalans ont une identité forte. Les plus âgés sont aujourd'hui désorientés, avec un sentiment de perte d'identité. Il faudra aller vite pour apaiser les craintes. Nous unir et nous rassembler, c'est à cette condition que le pays catalan pourra continuer à avoir un avenir. »

La droite saisira le gouvernement

Le sujet faisait bien entendu l'objet d'un vif débat. Et le ton était donné d'entrée par le président du groupe de l'Union des élus de la droite et du centre (UEDC), Christophe Rivenq.

« Je crains que la Région ne sorte pas grandi de cette aventure, vous avez succombé à quelques velléités identitaires. Les conseillers régionaux seraient désormais relégués au rang d'écoliers ! Je dis ma crainte que les règles élémentaires de démocratie locale soient malmenées au sein de notre collectivité territoriale. »

Stephan Rossignol, conseiller régional UEDC, par ailleurs maire LR de La Grande Motte (34) et président de la Communauté d'agglomération du Pays de l'Or, a surenchéri.

« Ce choix aurait dû être un acte fondateur, un acte politique majeur, traduire un engagement solennel, l'occasion de faire triompher le bon sens. Malheureusement, rien de tout cela. Votre proposition d'avis est aux antipodes de ces exigences. Elle traduit une forme d'acception aux travers du populisme, en décidant de laisser les autres décider en lieu et place de cette assemblée... Et ce n'est pas en créant un nouveau machin que vous allez contenter les catalans ! »

L'élu annonce que son groupe a déposé deux amendements et qu'il saisira le gouvernement pour faire valoir sa proposition de nommer la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées.

« Nous voulions un vrai référendum, clame quant à elle France Jamet, la conseillère régionale Front National-Rassemblement Bleu Marine. Vous l'avez organisé de manière autocratique. 200 000, c'est peu de clics pour une grande claque. 97 % des électeurs ont boudé votre consultation. Occitanie ne dit rien à personne, ni à l'intérieur, ni à l'extérieur ! »

Quatre amendements

Les élus de la droite et du centre ainsi que du Front National déposaient des amendements, tous rejetés par l'assemblée. Sacha Briand (UEDC) réclamait le vote électronique de l'assemblée sur les 5 noms qui avaient été soumis à la consultation citoyenne. Christophe Rivenq formulait la même demande, et exprimait le souhait de « dénommer la région définitivement Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées pour motifs de lisibilité externe et d'économie ».

« Aucun bâtiment ne porte le nom de Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, répond Carole Delga au chapitre des éventuelles économies à réaliser. Quant aux films promotionnels sur la région, il s'agira juste de quelques images à modifier. »

France Jamet et ensuite Elisabeth Pouchelon (UEDC) demandaient que l'alternance territoriale soit respectée sur la question de la fixation du lieu des assemblées plénières et des commissions permanentes et commissions sectorielles.

 « Nous devons être dans une équité territoriale, répond la présidente. Le chef-lieu de la région et l'hôtel de Région étant fixé à Toulouse, il est normal de partager, comme je l'avais annoncé. L'agrandissement de l'hémicycle à Montpellier impossible car il se trouve en étage, et l'adaptation de celui de Toulouse avait estimé à 8 M€. Nous avons lancé un travail sur d'autres possibilités. »

85 voix « pour »

Au terme de presque trois heures de débats, la résolution unique était adoptée. Les votes traduisaient le partage des convictions : 85 voix « pour », 60 « contre », 9 abstentions et 1 non votant. C'est le Conseil d'État qui aura le dernier mot, puisqu'il devra valider (ou invalider) ce choix au plus tard le 1er octobre prochain.

Comme attendu, la résolution fixe donc également Toulouse comme chef-lieu de la région et l'aire urbaine de Montpellier comme lieu d'organisation des assemblées plénières (au parc des expositions de Pérols) et des commissions permanentes (à l'ancien Hôtel de Région Languedoc-Roussillon). Les commissions sectorielles, quant à elles, se tiendront alternativement à Toulouse et Montpellier, ou par vision-conférence.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 13
à écrit le 05/09/2016 à 18:29
Signaler
Non de dieu qui est mon president de ma region ???

à écrit le 25/06/2016 à 12:21
Signaler
S'unir sous une même bannière et un même nom quoi de plus valorisant, marcher ensemble en mélangeant nos cultures, préparons l'avenir de nos enfants en n'oubliant pas le patrimoine laisser par les ancêtres. Arrêtez les querelles stériles , stupides, ...

à écrit le 25/06/2016 à 11:04
Signaler
Occitanie ! Bravo c'est le bon choix géographique pour ce nom magique et historique

le 25/06/2016 à 12:00
Signaler
BONNE journée et bon été 2016. Sans autre commentaire

le 25/06/2016 à 12:08
Signaler
@minerve31: sans vouloir "minerver", comme dirait mon voisin Mahmoud qui a le profil du bateau à Tabarly, quand on a pas d'idées, on fait comme les autres :-)

à écrit le 25/06/2016 à 8:51
Signaler
Et pourquoi pas la Catharie ? On s'empresse de dénoncer le génocide arménien, mais on cache nos propres exactions, notamment envers les Cathares. Et pour la France, je propose qu'on l'appelle désormais le Capharnaüm :-)

à écrit le 25/06/2016 à 8:46
Signaler
Et pendant que les nationaux et les européens tergiversent, les féodaux régionaux continuent d'avancer... A quand la déclaration d'indépendance de Levallois-Perret par Patrick BALKANY pour fonder la Principauté libre de Levallois ?

à écrit le 25/06/2016 à 8:44
Signaler
Bonjour, Ce nom ne représente en rien M.P/L.R./ Le nom choisi l' était déjà dans les " tablettes ". Le mot " occitane " existe depuis longtemps en Provence! Donc? Les économistes avaient choisi " Pyrénées-Méditerranée " qui va se rajouter et qui es...

à écrit le 25/06/2016 à 8:41
Signaler
Bonjour, Ce nom ne représente en rien M.P/L.R./ Le nom choisi l' était déjà dans les " tablettes ". Le mot " occitane " existe depuis longtemps en Provence! Donc? Les économistes avaient choisi " Pyrénées-Méditerranée " qui va se rajouter et qui es...

le 25/06/2016 à 11:03
Signaler
La démocratie a été respectée , tout le monde pouvait voter Et Occitanie, c'est comme Normandie , c'est joli, court, au lieu de tous ces noms à rallonge Pyrénées ça concerne aussi l'aquitaine, ce n'est pas que notre région Méditerranée c'est tout...

à écrit le 25/06/2016 à 8:27
Signaler
Excellent choix que ce nom d'Occitanie, et fédérateur contrairement à certains avis "donneurs de leçon" de région limitrophe!

le 27/06/2016 à 9:57
Signaler
"nom fédérateur" ? votre commentaire me fait plutôt penser à "t'as gueule à celui qui ne pense pas comme moi !" Occitanie est plus vaste que notre Région, il ne donne donc pas d'indication géographique, il est identitaire mais ne représente pas la t...

à écrit le 24/06/2016 à 18:48
Signaler
Occitanie ! Bravo c'est le bon choix géographique pour ce nom magique et historique tout comme Aquitaine Normandie Bretagne ou Francie (hauts-de-France)!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.