Pic Saint-Loup : le chantier décennal de Montferrand est lancé

 |   |  564  mots
Le projet de valorisation du château (XIIe siècle) sera exposé à la CCSPL jusqu'à décembre 2017
Le projet de valorisation du château (XIIe siècle) sera exposé à la CCSPL jusqu'à décembre 2017 (Crédits : Christophe Colrat)
La Communauté de communes du Grand Pic Saint-Loup lancera, le 14 septembre, un chantier de conservation et de valorisation du château de Montferrand. Le projet ambitieux porte sur dix ans.

Vestige identitaire perché sur la crête du Pic Saint Loup, le Château de Montferrand est au cœur d'un projet patrimonial d'envergure porté par la Communauté de communes du Grand Pic Saint-Loup (CCGPSL).

« Marqué par une histoire millénaire, Montferrand est un ouvrage d'exception qui surplombe les garrigues du territoire de la CCGPSL, le territoire de la Métropole et le littoral. Dans le cadre de notre projet de territoire 2016-2020, il nous est apparu urgent de faire renaître de ses ruines cette citadelle médiévale dont les pans de murs menacent chaque jour de s'effondrer. La conservation et la valorisation du château constituent à la fois un projet scientifique, culturel et social », résume Alain Barbe, maire des Matelles (34) et président de la CCGPSL.

40 % de restauration patrimoniale

Lié à l'histoire des comtes de Melgueil, le Château de Montferrand (dont l'origine remonterait au début du XIIe siècle) a joué un rôle clé avant de tomber progressivement en désuétude (fin XVIIe). Le pillage et l'abandon du site ont accéléré son effondrement.

En 2014 et 2015, des travaux de débroussaillage ont permis de rendre plus visibles les espaces dangereux. Pour assurer la sécurité du site, une clôture a été mise en place autour de l'enceinte du château.

La première étape de programmation et d'études, actuellement en cours, va permettre de définir le mode d'intervention adéquat. À cet effet, un comité scientifique, formé de six chercheurs (archéologie, histoire, architecture, paysagisme, géologie) a été mis en place et une convention de trois ans signée avec l'architecte Thomas Robardet-Caffin.

Diverses modélisations du site (dessins, maquettes, 3D) seront présentées lors du lancement officiel du projet le 14 septembre à l'Hôtel de la Communauté de communes.

Une vue d'artiste (Christophe Meier), juxtaposant le château et une version possible du projet de valorisation du site :

Une vue d'artiste (Christophe Meier), juxtaposant le château et une version possible du projet de valorisation du site

60 % de réalisation contemporaine

« Montferrand est le vaisseau amiral sur la crête totémique du pic Saint loup, il ne s'agit pas seulement de restaurer une ruine, il s'agit de le réinventer », souligne Alain Barbe.

Le président de la CCSPL qui a fait appel à 14 étudiants de l'École Nationale d'Architecture de Montpellier (ENSAM) pour présenter des projets architecturaux innovants, le postulat étant d'insérer un programme muséographique de 1000m2 mêlant salles d'expositions et de conférences.

L'ensemble des travaux sera présenté dès le 15 septembre (jusqu'au 17 décembre 2017) à la Maison des Consuls des Matelles dans le cadre de l'exposition « Montferrand, d'une forteresse à une utopie architecturale ».

« L'intention n'était pas de penser ce qui sera fait ou pourrait être fait, concède Alain Barbe, mais bien de permettre au site de révéler sa force par la conception d'architectures libres mais impérativement réversibles si la proposition ne semble pas acceptable à ceux qui nous succèderont dans cent ans ! Ce lieu sera une vitrine où plusieurs thématiques pourraient voir le jour : le patrimoine, bien sûr, mais aussi la géographie, le vin... »

Tout juste créée, l'Association Sauvegarde du Patrimoine en Grand Pic Saint-Loup est partie intégrante de ce projet au long cours, a minima dix ans. La CCPSL (qui détient actuellement 90 % du site) prévoit un investissement annuel de l'ordre de 30 000 à 40 000 € et entend faire appel à du mécénat d'entreprises locales.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :