Quels députés languedociens briguent un nouveau mandat ?

 |   |  391  mots
L'hémicycle de l'Assemblée nationale
L'hémicycle de l'Assemblée nationale (Crédits : CHARLES PLATIAU)
Alors que les 23 députés des circonscriptions de l’ex région Languedoc-Roussillon terminent leur mandat, 17 d’entre eux se portent candidats à leur réélection, lors des élections législatives des 11 et 18 juin 2017. Seuls cinq élus annoncent ne pas briguer un nouveau mandat national.

Les vingt-trois députés élus en juin 2012 dans les circonscriptions de l'ancienne région Languedoc-Roussillon se positionnent actuellement pour les prochaines législatives, programmées les 11 et 18 juin 2017. Les candidats à l'investiture du Parti socialiste avaient notamment jusqu'au soir du 18 novembre pour se déclarer.

Une démarche largement partagée

Interrogés sur le sujet, la majorité des députées expriment leur souhait de renouveler l'expérience.

« Je suis candidat à ma réélection », déclare Sébastien Denaja, député socialiste de la 7ème circonscription l'Hérault. Et il n'est pas le seul. Dans ce département, Elie Aboud (LR), Christian Assaf (PS), Fanny Dombre-Coste (PS), Anne-Yvonne Le Dain (PS), Frédéric Roig (PS), Patrick Vignal (PS) et Jean-Louis Roumegas (Europe Écologie - Les Verts) annoncent leur intention de briguer un nouveau mandat.

Du côté du Gard, Christophe Cavard (PS, ex EELV), Françoise Dumas (PS), Patrice Prat (ex-PS), Fabrice Verdier (PS) et Gilbert Collard (FN) se portent également candidats. Même chose pour Marie-Hélène Fabre (PS) dans l'Aude, et pour les Pyrénées-Orientales, Jacques Cresta (PS) et Fernand Siré (LR). Enfin, unique député de Lozère, Pierre Morel-À-L'Huissier (LR) annonce également sa candidature.

Cinq élus non candidats

Seuls cinq élus renoncent à briguer une nouvelle mandature dans l'ancienne région Languedoc-Roussillon : Kléber Mesquida (PS), William Dumas (PS), Jean-Paul Dupré (PS), Robert Olive (PS) et Pierre Aylagas (PS). À noter que Jean-Claude Perez n'a pas répondu à nos sollicitations.

La mise en application de la règle de non cumul des mandats n'est pas étrangère à certaines de ces prises de position. En 2012, 82 % des députés et 77 % des sénateurs exerçaient au moins un autre mandat électif en France. Le 14 février 2014, deux textes de loi visant à interdire à un parlementaire d'exercer simultanément un mandat d'exécutif local ont été promulgués. Les premières élections à se dérouler selon ces nouvelles modalités seront les législatives de juin 2017.

Dans le cas du Languedoc-Roussillon, sept députés sont concernés par cette nouvelle disposition. Quatre ont fait le choix de ne pas briguer une responsabilité nationale (Kléber Mesquida, Pierre Aylagas, Robert Olive et Jean-Paul Dupré), contre trois qui repartent en campagne (Fabrice Verdier, Frédéric Roig et Pierre Morel-À-L'Huissier) et qui abandonneront donc leur mandat local.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :