Philippe Saurel lance officiellement le pôle métropolitain

 |   |  769  mots
50 présidents d'Agglos assistaient à la 1e séance du pôle métropolitain
50 présidents d'Agglos assistaient à la 1e séance du pôle métropolitain (Crédits : Edouard Hannoteaux)
Le Président de la métropole montpelliéraine a réuni 50 présidents d'intercommunalités, le 25 mars à Castries (34), pour la mise en route du pôle métropolitain, rebaptisé Parlement des Territoires. Six priorités d'action ont été définies et soumises à approbation.

Pour la mise en route du pôle métropolitain, Philippe Saurel, maire de Montpellier et président de Montpellier Méditerranée Métropole (M3M), a réuni une cinquantaine d'élus, de maires, et de présidents de Communautés de communes et d'agglomérations, réparties sur les cinq départements de la région, ainsi que sur l'Aveyron (Grand Rodez et Ville de Millau).

Toulouse Métropole était également représentée par un membre du cabinet de Jean-Luc Moudenc, son président. Quelques absences notables : Hérault Méditerranée, Nîmes Métropole ou la Communauté de communes La Domitienne.

Le lancement officiel de cette instance, qui adopte à cette occasion l'autre nom de Parlement des Territoires, s'est déroulé symboliquement dans la salle des États du Languedoc, au Château de Castries (34).

"Le Parlement des Territoires sera une structure souple, dépourvue d'administration, qui ne lèvera pas d'impôts et n'en distribuera pas, explique Philippe Saurel. C'est une instance de concertation, sans équivalent ailleurs dans la République, entre présidents d'intercommunalités. Car les intercommunalités sont les plus adaptées aujourd'hui pour conduire des politiques de projets en dehors des chapelles politiciennes. Le pôle permettra de coopérer et aussi de contractualiser entre communes qui le souhaitent, uniquement sur la base du volontariat."

"Nous devons instaurer un partage, un travail en commun au moment où nos concitoyens ont des difficultés qu'ils expriment par des votes extrêmes, commente Stéphan Rossignol, président de Pays de l'Or Agglomération. Il nous faut des repères, exprimés par les communes, qui devront être absolument confortées dans le cadre de ce pôle. Cette structure doit être quelque chose qui rassure."

Philippe Saurel a néanmoins replacé la création du pôle métropolitain dans le cadre de la réforme territoriale, et de la création de la future grande région en particulier. Il a insisté notamment sur le fait que cet organe sera une "force de proposition et aussi d'opposition".

"La nouvelle loi a créé douze Métropoles qui sont aussi, disons-le, douze baronnies, poursuit-il. Devant ce constat, qu'a fait le gouvernement ? Couvrir immédiatement le tout par des grandes régions, qui vont fonctionner selon des logiques de guichet. Or nous n'avons pas envie d'être tenus en laisse par ces régions-là."

Concrètement, le pôle est appelé à se réunir une à deux fois par an, selon une organisation tournante. Une plate-forme informatique est déjà en place pour permettre aux élus d'échanger, de faire des propositions ou de trouver des coordonnées ("Ça ne coûte rien en argent public", insiste Philippe Saurel).

Six ou sept priorités d'action ?

Les six priorités définies pour le Parlement du Territoire sont les mêmes que celles votées et adoptées dans le cadre de M3M : la santé ; le développement numérique ; la mobilité ; le tourisme ; l'agro-écologie et l'alimentation ; la culture et l'action éducative. Sur appel de Philippe Saurel en fin de séance, aucun président d'intercommunalité n'a exprimé d'opposition à ce programme.

"Nos territoires font face à des problématiques de désert médical, souligne Frédéric Lacas, président de Béziers Méditerranée. Nos hôpitaux, parfois à quelques kilomètres de distance, ne travaillent pas assez ensemble, ou bien entrent en concurrence. Le pôle doit nous aider à créer un réseau de santé entre institutionnels, administratifs et acteurs économiques pour développer une nouvelle offre de santé."

"Ces six piliers sont en fait interconnectés, estime François Commeinhes, président de Thau Agglo. Sète et Narbonne ont chacune une scène nationale, mais les Montpelliérains ne peuvent pas venir le soir en raison de la fin des communications ferroviaires après les spectacles. Ne parlons pas des festivals qui se font concurrence l'été. Plutôt qu'une strate de plus, le pôle doit être un lieu d'échange sur ces problèmes du quotidien."

D'autres interventions ont souligné la nécessité d'ajouter au moins une septième priorité à ce programme. Parmi les thématiques évoquées : l'industrie, les bio-carburants, le traitement des déchets, ou la "croissance bleue" (activités liées aux ports et à la mer).

Un projet de charte non-contraignante va être expédié aux élus du Parlement des Territoires, qui auront la possibilité de l'amender et de l'adopter, le cas échéant, par consultation de la population locale. Il sera adopté lors d'une 2e session, prévue en fin d'année 2015.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :