Vol-V cède sa branche Électricité Renouvelable à CNR

 |   |  710  mots
Vol-V ER compte dans son portefeuille une centaine de parcs éoliens et une dizaine de centrales solaires en France.
Vol-V ER compte dans son portefeuille une centaine de parcs éoliens et une dizaine de centrales solaires en France. (Crédits : Vol-V)
Le montpelliérain Vol-V, producteur indépendant d’énergies renouvelables, annonce qu’il vient de céder sa filiale Vol-V Électricité Renouvelable à la Compagnie Nationale du Rhône (CNR). Une opération qui intervient quelques mois seulement après la vente de ses activités de biométhane à Engie.

Vol-V, acteur indépendant montpelliérain, développe depuis vingt ans des centrales de production éolienne, photovoltaïque et de biométhane. Le 8 octobre, l'entreprise a annoncé l'acquisition (pour un montant non communiqué), par la Compagnie Nationale du Rhône (CNR), de sa filiale Vol-V Électricité Renouvelable (Vol-V ER) ainsi que de la totalité de ses projets et actifs de production éoliens et photovoltaïques. L'accord a été conclu le 13 septembre dernier.

CNR récupère donc un portefeuille de près de 1 700 MW (une centaine de parcs éoliens pour l'essentiel dans le grand quart nord-ouest de la France, et une dizaine de centrales solaires sur l'arc méditerranéen), dont environ 50 MW construits ou en construction et 130 MW de projets autorisés. Ce rapprochement répond à la stratégie de CNR qui ambitionne d'accélérer le potentiel de développement de son mix électrique exclusivement renouvelable avec ses 49 parcs éoliens et 27 centrales photovoltaïques (développés depuis les années 2000) en complément de ses 47 centrales hydroélectriques sur le Rhône et hors Rhône.

Trois énergies

CNR revendique aujourd'hui une puissance électrique installée "zéro émission" de 3811 MW et une production moyenne annuelle de près de 15 TWh issus de son mix hydraulique, éolien et photovoltaïque. Le groupe compte atteindre, en France et en Europe, une puissance installée d'au moins 4 000 MW d'ici à 2020 dans les trois énergies.

Selon un communiqué de Vol-V, les équipes spécialisées en éolien et photovoltaïque des deux sociétés collaboreront depuis leurs implantations géographiques respectives : Lyon et la vallée du Rhône pour CNR, Montpellier, Rennes et Rouen pour la trentaine de salariés de Vol-V ER.

"Nous sommes très heureux de cette opération qui va permettre de prolonger et d'accélérer l'histoire de Vol-V ER et de ses équipes, déclare Arnaud Guyot, directeur général et co-fondateur de VOL-V, dans un communiqué. Vision long terme, cultures proches et valeurs communes, qualité des personnes et respect des partenaires et des territoires sont autant de raisons qui nous ont convaincus de l'intérêt de ce rapprochement."

L'hydrogène, sérieuse piste de réflexion

Le groupe CNR, dirigé par Élisabeth Ayrault, annonce un chiffre d'affaires brut 2018 de 1,38 Md € et emploie 1 363 collaborateurs. Son capital est majoritairement public, la Caisse des Dépôts et les collectivités locales détenant plus de 50 % des actions, Engie 49,97 %.

En février 2019, le groupe Vol-V, dirigé par Cédric de Saint-Jouan, avait cédé sa filiale Vol-V Biomasse et ses activités de biométhane à Engie, soit sept centrales de production en service, trois unités en cours de construction, neuf autres autorisées et prêtes à construire et un portefeuille de projets en développement.

Avec la cession de ses activités éoliennes et photovoltaïques, Vol-V se trouve dépourvu de toute activité opérationnelle. Alors que subsiste une équipe de sept personnes (dont les trois cofondateurs) pour gérer la holding, le groupe annonce "préparer son redéploiement dans de nouvelles activités, toujours centrées sur la transition énergétique et le développement durable".

"Nos convictions sur la transition énergétique et environnementale sont intactes, assure Arnaud Guyot, directeur général et cofondateur, interrogé par La Tribune. Pour l'heure, nous n'avons pas de projet engagé, nous sommes en phase de réflexion. Nous nous intéressons naturellement à la filière de l'hydrogène pour décarboner l'énergie. Nous envisageons des scénarios d'intervention sous forme de prise de participation, de partenariats et peut-être des projets que nous porterons nous-mêmes. Nous nous intéressons aussi à des sujets relatifs à l'agriculture, au végétal, ainsi qu'à la rénovation énergétique du bâtiment."

Mais l'aboutissement de ces réflexions sur des projets concrets n'interviendra pas avant quelques mois, le temps pour Vol-V d'accompagner à son terme la cession de Vol-V ER, mais aussi de remanier son capital. En effet, l'entreprise est soutenue depuis dix ans par le fonds d'investissement Eurofideme 2, géré par Mirova (spécialisé dans les énergies renouvelables). Avec la cession des activités d'énergies renouvelables, Mirova devrait se retirer, entraînant le remaniement du capital d'ici la fin de l'année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :