bpifrance mise sur les accélérateurs pour faire émerger des ETI régionales

 |   |  711  mots
Plus de 25 entreprises régionales étaient présentes à la journée organisée par bpifrance à Montpellier le 1er décembre 2015.
Plus de 25 entreprises régionales étaient présentes à la journée organisée par bpifrance à Montpellier le 1er décembre 2015. (Crédits : M.C.)
La croissance d’une entreprise est conditionnée par sa capacité à franchir des étapes clefs imposées par le développement de l’activité. Il s’agit de moments critiques dans la vie d’une entreprise, que la banque publique d’investissement a décidé d’accompagner. Trois entreprises de la région ont pu bénéficier de ces services.

Les dirigeants de Biotope (Mèze, 34), 1001pharmacies.com (Montpellier) et Sensorion (Montpellier) ont été réunis par bpifrance, le 1er décembre, à Montpellier, pour faire le point sur les nouveaux dispositifs d'accompagnement développés par la banque publique d'investissement, et dont ils ont bénéficié.

« Nous sommes des banquiers avec une mission d'intérêt général, celle de relancer  l'investissement dans le pays, résume Nadine Faedo, la directrice régionale de bpifrance en Languedoc-Roussillon. Mais, dans la pratique, nous avons fait le constat qu'au-delà d'un apport de cash aux entreprises, il y a une véritable nécessité de les accompagner pour assurer leur pérennité et leur croissance. »

Cet accompagnement cible des étapes clefs dans la vie d'une entreprise, notamment celle de la consolidation de l'activité d'une start-up ou celle du passage du statut de PME à celui d'ETI.

« Ces points de passage obligés dans la vie d'une entreprise peuvent la fragiliser au point d'être funestes. Notre objectif est de donner aux entreprises les moyens de franchir ces étapes avec succès », explique la représentante régionale de bpifrance.

Du stade de PME à celui d'ETI

Frédéric Melki, le dirigeant de Biotope, a pu témoigner de son expérience. Il a fait partie des 60 entreprises sélectionnées par bpifrance sur toute le France en 2015 pour le lancement du programme d'accélérateur de PME.

« C'est un programme de 24 mois, destiné à booster le développement de PME qui ont l'ambition de devenir des ETI », précise Mathieu Isola, responsable appui aux fusions et acquisitions chez bpifrance.

Diagnostic complet de l'entreprise (Diagnostic 360°), séminaires collectifs (Séminaires bpifrance Université), modules complémentaires, mentorat individuel et mises en relation avec de grands comptes sont au programme de ces deux années d'accompagnement.

« L'entreprise Biotope a eu un développement très fort ces dernières années avec une croissance annuelle moyenne de 30 % entre 2002  et 2012, explique Frédéric Melki. L'année prochaine, nous allons passer le seuil de 250 salariés et devenir une ETI. Ce changement doit se préparer car il oblige à être dans un processus de très forte croissance. Si l'objectif est d'atteindre 255 salariés, ça ne sert à rien. Pour effacer l'impact négatif du franchissement de seuil, il faut avoir une ambition plus forte. Or c'est compliqué d'avoir une croissance à deux chiffres à ce stade. »

L'offre d'accompagnement de bpifrance vise justement à définir des axes de croissance prioritaires et à tirer parti rapidement des leviers identifiés, explique en substance Mathieu Isola.

Innovations et mise en relation

L'innovation et la mise en relation font partie des ingrédients qui alimentent la croissance d'une entreprise. Dans ces domaines, bpifrance met également en avant son expertise, notamment via la création du Hub bpifrance à Paris.

« Le Hub est un lieu de 1 000 m2, ouvert depuis avril 2015, qui se situe au cœur de Paris. C'est une offre d'intermédiation pour catalyser les relations entre start-ups, ETI et grands groupes », résume Anne-Sophie de Faucigny, directrice adjointe de bpifrance.

Associé à ce Hub, un accélérateur de start-ups a également été développé par la banque publique d'investissement. À l'image de l'accélérateur de PME, ce dispositif vise à accompagner des entreprises qui passent une étape, ici la consolidation de leur activité.

« Il ne s'agit pas d'un incubateur. Notre dispositif arrive plus tard dans la vie d'une start-up, il s'adresse à des entreprises qui sont prêtes à exploser », explique Nadine Faedo.

Deux des onze start-ups sélectionnées par bpifrance pour le lancement de ce programme sont implantées à Montpellier. Il s'agit de 1001Pharmacies.com et de Sensorion. Leurs dirigeants, respectivement Cédric O'Neill et Laurent Nguyen, mettent en avant l'atout d'avoir un pied à terre à Paris grâce à ce dispositif.

« Nous avons intégré l'accélérateur à une époque où nous cherchions à lever des fonds. Être dans des locaux de bpifrance et bénéficier de leur label nous a apporté une caution forte auprès des investisseurs », témoigne Cédric O'Neill.

La banque publique d'investissement annonce aujourd'hui réfléchir à développer des accélérateurs régionaux ainsi que des accélérateurs destinés aux ETI avec toujours la même idée, « accélérer le développement économique  des entreprises ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :