La Région va créer un syndicat mixte commun à plusieurs aéroports

 |   |  360  mots
La Région veut créer un syndicat mixte commun à plusieurs aéroports, dont celui de Carcassonne
La Région veut créer un syndicat mixte commun à plusieurs aéroports, dont celui de Carcassonne (Crédits : Région Occitanie)
Le Conseil régional va voter, sous peu, la création d'un conseil de développement, annoncé en 2017, visant à mettre plus de cohérence entre les dix aéroports régionaux. S'agissant de ceux où il a la main, il compte aller plus loin en créant un syndicat mixte commun à trois d'entre eux : Perpignan, Carcassonne et, possiblement, Tarbes.

La Région a organisé, lors du dernier trimestre 2017, une large consultation des sociétés aéroportuaires et des acteurs institutionnels et économiques associés au développement des dix aéroports régionaux. Le but : en mesurer, pour la première fois dans la grande région, les retombées économiques, et surtout préfigurer la création d'un conseil de développement chargé de porter la nouvelle stratégie aéroportuaire régionale.

La création de ce conseil de développement devrait être votée en avril ou mai 2018. Carole Delga, en 2017, en avait présenté la feuille de route en ces termes : "Augmenter la complémentarité entre aéroports, limiter la concurrence, diffuser les bonnes pratiques, répondre aux exigences de l'Union Européenne, peser dans les négociations avec les compagnies aériennes, et développer des actions de communication et marketing".

Un nouveau syndicat mixte inter-plate-forme

Le futur conseil de développement coiffera, indifféremment, des aéroports sous contrôle de la Région ou non, gérant des lignes à obligation de service public ou non, et disposant d'un syndicat mixte ou non. En ce qui concerne les aéroports où la Région est actionnaire majoritaire (Carcassonne et Perpignan), elle devrait créer, dans la foulée, une structure « multipolaire » pour aller plus loin dans la mise en cohérence recherchée au travers de la nouvelle stratégie régionale.

« Nous travaillons sur un syndicat mixte multipolaire entre Perpignan, Carcassonne, probablement Tarbes et pourquoi pas un quatrième aéroport, indique Didier Codorniou, premier vice-président de Région en charge des aéroports. Avec plus de 800 000 passagers annuels, cette structure nous placerait au troisième rang, voire au deuxième rang régional après Montpellier, et nous aurions un poids non négligeable quand il s'agira de négocier avec des compagnies comme Air France, HOP! ou les low cost. »

Selon les études publiées en 2017, les dix aéroports régionaux développent un chiffre d'affaires de 3,633 Mds €, dont 2,745 Mds € produits en Occitanie. En un an, ils ont transporté 11,7 millions de passagers sur 80 destinations nationales et internationales.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/04/2018 à 11:06 :
Cela semble être une bonne idée, un peu de coordination au niveau régional ne ferait pas de mal. Il y existe bien sur le risque de voir les aéroports les plus importants, donc les plus influents, dicter les orientations, mais si ce sont des plateformes de taille équivalente elles peuvent collaborer et optimiser leur fonctionnement.
« Négocier » avec Air France semble ambitieux, j’ai l’impression que beaucoup ont du mal (http://www.europe1.fr/emissions/linvite-de-patrick-cohen/greve-a-air-france-letat-a-son-role-a-jouer-3623756). Quand aux compagnies lowcost, elles s’adaptent extrêmement vite au marché, ce qui impose comme challenge de pouvoir faire de même.
Il y a beaucoup à faire du côté promotion, la Région dispose de sites touristiques magnifiques et d’un potentiel d’activités loisirs tout aussi important. Le site portail http://www.tourisme-occitanie.com semble complet, donc obligatoirement un peu complexe. Je présume que l’on ne peut faire autrement si l’on doit couvrir l’ensemble du territoire et ne heurter aucune susceptibilité. A ce propos, attention au multicouche en termes de promotion, c’est peut être la difficulté majeure que celle de s’abstraire du « millefeuille ». Si j’ai bien compris l’intérêt d’un syndicat mixte, il consiste à mutualiser les moyens techniques et financiers, mais n’y a t’il pas un risque de voir simplement apparaitre une couche supplémentaire ? Car de ce que l’on constate sur le web, on retrouve des thématiques démultipliées, chaque département garde sa plateforme, à laquelle viennent se rajouter les EPCI, agglomérations, communes, les marques, les pays, les CCI, jusqu’aux hôteliers et aux sites des particuliers. On risque de voir apparaitre des délégations, tout en conservant les structures existantes, « au cas où… » (pour exemple de la complexité : https://www.monatourisme.fr/la-faq-structuration-touristique-et-loi-notre/). La multitude de l’offre est incontestablement un avantage, mais quelle est la valeur ajoutée des multiples couches administratives ?
On peut présumer que les touristes s’intéressent exclusivement aux lieux touristiques eux-mêmes, aux activités du lieu d’hébergement et à sa périphérie, ou à des parcours thématiques transversaux. Les plateformes comparatives de type « advisor » en sont l’illustration un peu simpliste, mais efficace.
a écrit le 15/03/2018 à 9:50 :
Encore un "machin" dont le seul intérêt est de fournir des postes de président, vice-présidents ... à des élus, avec des "indemnités" qui leur permettent d'augmenter encore leurs émoluments.
Bonne idée de coordonner la politique aéroportuaire, mais nul n'est besoin pour cela de créer une structure complémentaire. La région en tant que telle peut très bien le faire directement ...
a écrit le 14/03/2018 à 9:13 :
Tout ça pour ça... C'est à dire finalement pour ne rien faire. La nouvelle région s'illustre une nouvelle fois par son incapacité à agir efficacement.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :