Perpignan Saint-Charles : ouverture d’une liaison ferroviaire vers l’Allemagne

 |   |  509  mots
Opération de chargement du train en partance pour Saarbrücken
Opération de chargement du train en partance pour Saarbrücken (Crédits : Mariama Diallo)
Le 25 septembre, la Plate-forme Saint-Charles Conteneur Transport (PSCCT), chargée des services de transports multimodaux au cœur du marché international Saint-Charles, a inauguré une nouvelle ligne vers l’Allemagne, opérée par l'Allemand DB Cargo. À terme, la ligne devrait rapporter environ 400 000 € par an à PSCCT.

Le premier train cargo est parti pour Saarbrücken (Allemagne), le 25 septembre, depuis le terminal de transport combiné rail-route de Perpignan Saint Charles, officialisant ainsi cette nouvelle ligne franco-allemande, baptisée « Trailer Med Xpress » et inaugurée dans le cadre Quinzaine Franco-Allemande (14 septembre - 3 octobre), et avec le support du projet européen « TRAILS ». Le train, long de 750 m, a quitté Perpignan aux alentours de 17h avec 16 semi-remorques et un conteneur frigorifique, pour un temps de trajet estimé entre 16 et 17 heures (1000 km).

Un axe Nord-Sud européen

Opérée par l'Allemand BD Cargo, ce service permet de relier le Sud (toute la péninsule ibérique) et le Nord de l'Europe. « Avec cette nouvelle ligne, la région Occitanie devient la région avec le plus d'autoroutes ferroviaires », explique un représentant de Carole Delga.

« Le train transporte aussi bien des conteneurs que des semi-remorques de type P400 préhensibles », détaille Éric Gilbert, directeur général de Perpignan Saint-Charles Conteneur Terminal (PSCCT), la Société Anonyme d'Economie Mixte locale qui assure la gestion et l'exploitation du terminal de transport combiné Rail Route de Perpignan Saint-Charles. « Avec cette inauguration, une grande marche a été effectuée », poursuit Éric Gilbert.

PSCCT estime qu'à terme cette 7e ligne ferroviaire - la première vers l'Allemagne -, opérée par l'allemand DB Cargo, pourrait lui rapporter environ 400 000 € grâce aux 10 000 mouvements annuels attendus. Actuellement, la ligne fonctionne à raison de 5 liaisons hebdomadaires.

PSCCT emploie 15 salariés (huit en 2013), réalise 30 000 transbordements à l'année, propose sept destinations directes opérées par six clients vers Paris, Lille, Rotterdam, Anvers, Saarbrücken, Barcelone, Marseille et Niort. La structure publique vise un chiffre d'affaires de 1,5 M€ cette année.

Création d'un cluster

PSCCT, structure autonome créée en 2013, compte parmi ses actionnaires le Conseil départemental des Pyrénées-Orientales, la Communauté urbaine Perpignan Méditerranée Métrole, la CCI 66, la Région Occitanie depuis deux ans, Novatrans, ou encore le Port de Barcelone (5% des parts).

Elle ambitionne, à travers MP2, syndicat mixte implanté sur Saint-Charles International, de créer un « cluster logistique qui va booster l'ensemble des acteurs économiques régionaux de la filière logistique », indique la présidente du Département des Pyrénées-Orientales, Hermeline Malherbe. Comment ? « En redonnant la main aux acteurs économiques », répond-t-elle. En pratique, le cluster réunira à la fois des chefs d'entreprises régionaux et transfrontaliers « prêts à s'investir pour diriger » et des collectivités locales.

MP2 travaille depuis un an sur ce projet qui sera officiellement présenté le 10 octobre prochain à la région Occitanie et à 350 entreprises invitées pour l'occasion. L'objectif des partenaires de ce projet est de le lancer dès le 1er janvier 2019 avec 50 entreprises membres. À terme, le cluster vise les 100 entreprises.

« Dans les 4-5 premières années, nous souhaiterions atteindre un équilibre financier entre le public et le privé », précise la présidente de MP2, Fabienne Chauvineau Fournier.

Le marché international Saint-Charles, premier bassin d'emplois des Pyrénées-Orientales, compte 700 entreprises qui génèrent 10 000 emplois.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :