Train des primeurs Perpignan-Rungis : la CGT manifeste, Matignon se veut rassurant

Alors que le candidat retenu pour la reprise du train des primeurs Perpignan-Rungis n’est toujours pas connu, la CGT s’impatiente. Les cheminots manifestent ce mardi 25 mai. Matignon confirme à La Tribune que le train sera bien relancé cette année, sans toutefois donner plus d’indications en termes de calendrier.

2 mn

Le train des primeurs entre Perpignan et Rungis représentait l’équivalent de plus de 20.000 camions.
Le train des primeurs entre Perpignan et Rungis représentait l’équivalent de plus de 20.000 camions. (Crédits : VIIA)

« On attendait une décision fin avril, et toujours rien », résume Mickaël Meusnier, de la CGT Cheminots.

Le syndicat manifeste ce mardi 25 mai, simultanément à Perpignan Saint-Charles et devant le ministère des Transports à Paris. Objectif : presser le gouvernement de faire avancer le dossier de relance du train des primeurs Perpignan-Rungis, interrompu depuis l'été 2019, alors que le nom du candidat retenu n'est toujours pas connu.

« Plusieurs offres sont en cours d'analyse », nous confirme-t-on à Matignon. Le ministère des Transports avait en effet lancé un appel à manifestation d'intérêt l'hiver dernier pour la reprise du train, auquel plusieurs candidats ont répondu. Deux d'entre eux seraient actuellement en lice : Fret SNCF et Esifer, filiale du groupe GTF, une information que l'entourage du Premier ministre ne confirme pas pour « des raisons de confidentialité ».

« Les volumes sont là »

 « Le train des primeurs sera bien relancé cette année », affirme-t-on pourtant à Matignon, sans toutefois préciser si la volonté initiale de le remettre sur les rails cet été pourra être respectée.

Jean Castex a toutefois réaffirmé son intérêt pour ce train dans son discours d'inauguration du train de nuit Paris-Nice le 20 mai : « [Concernant le fret ferroviaire] il s'agit d'inverser une tendance, par exemple, comme je me bats pour rétablir le train des primeurs entre Perpignan et Rungis ». Des propos réitérés le même jour dans La Vie du Rail.

L'arrêt de ce train avait soulevé un mécontentement largement médiatisé, ses défenseurs arguant d'un non-sens écologique, économique et sociétal.

« Le train des primeurs approvisionnait Rungis à hauteur 140.000 tonnes de fruits et légumes par an, martèle Mickaël Meusnier. Les volumes sont là. Nous voulons que le train reprenne, et pour du long terme. »

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.