L'I-Site MUSE reconduit pour deux ans

 |   |  379  mots
Le dispositif MUSE est axé sur la sécurité alimentaire, la protection de l'environnement et la santé humaine
Le dispositif MUSE est axé sur la sécurité alimentaire, la protection de l'environnement et la santé humaine (Crédits : Université de Montpellier)
Labellisé "Initiative Science Innovation Territoire Economie" et porté par un consortium de 18 établissements, dont l'Université de Montpellier, le dispositif MUSE a été reconduit, le 2 décembre, par le jury international du programme Idex/I-Site. Une ultime évaluation interviendra en 2021, avant de le pérenniser à long terme.

Le dispositif MUSE ("Montpellier University of Excellence") passe l'obstacle de sa première évaluation, programmée au terme d'une période probatoire de deux ans après sa création en 2017. Le jury international du programme Idex/I-Site, créé dans le cadre du Programme Investissements d'Avenir (ex-Grand Emprunt), l'a reconduit pour deux ans, le 2 décembre, après avoir auditionné une délégation composée de Philippe Augé, président de l'Université de Montpellier (UM), d'Antoine Petit, P-dg du CNRS, de Gilles Bloch, P-dg de l'Inserm, de Michel Eddi, P-dg du CIRAD et de François Pierrot, directeur exécutif de l'I-Site MUSE.

MUSE s'appuie sur le label I-Site ("Initiative Science Innovation Territoire Economie") pour faire naître "une université de recherche sur des sites riches d'un potentiel scientifique remarquable et capables de créer une synergie entre universités, écoles, organismes de recherche, établissements de santé et entreprises". Le dispositif adresse trois enjeux planétaires majeurs que sont la sécurité alimentaire, la protection de l'environnement et la santé humaine.

"Ce résultat répond à l'intelligence collective qui s'est mobilisée à l'échelle du territoire autour de la communauté scientifique, avec les collectivités comme avec les entreprises", commente Philippe Augé.

Un rayonnement international accru

Le jury international a notamment vérifié, après les prescriptions formulées en 2017, les étapes franchies vers une gouvernance intégrée et associant les 18 établissements d'enseignement supérieur et de recherche partenaires dans MUSE. Ou encore les éléments de visibilité et d'attractivité gagnées par l'UM depuis la création du dispositif (1e place en écologie dans le classement thématique de Shanghai, arrivée dans le top 200 du classement général de Shanghai, 1e place des universités françaises pour l'innovation dans le palmarès Reuters).

"Cette meilleure reconnaissance internationale, qui va de paire avec la validation par le jury Idex/I-Site, est une belle récompense pour le travail collectif entrepris par tous les scientifiques, enseignants-chercheurs, ingénieurs, personnels administratifs et étudiants du consortium MUSE", estime François Pierrot.

Une nouvelle évaluation de MUSE interviendra dans le courant de l'année 2021. Elle décidera de la pérennisation définitive du projet, mais aussi de la dotation de l'État (550 M€ soit 17 M€ par an).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :