Sud de France : la Région Occitanie lance une nouvelle stratégie de promotion

 |   |  817  mots
(Crédits : Région Occitanie)
Créée en 2006 par la Région Languedoc-Roussillon pour soutenir les filières agricole, viticole et agroalimentaire régionales, la marque Sud de France se trouve un second souffle post-fusion des régions. La Région Occitanie annonce lancer une nouvelle stratégie de promotion pour les produits de la marque.

Selon la concertation alimentaire menée actuellement par la Région Occitanie (la collectivité annonce quelque 50 000 questionnaires remplis à ce jour), « les habitants de l'Occitanie veulent consommer de plus en plus local et font le lien entre leurs achats et le développement économique et territorial ».

Le 13 juillet, Carole Delga, présidente de la Région Occitanie, a réuni à Montpellier l'IRQUALIM (Institut régional de la qualité alimentaire d'Occitanie), ainsi que les têtes de réseaux des filières agricoles régionales : les organismes de défense et de gestion (ODG), la Chambre régionale d'agriculture (CRA), l'Association régionale des entreprises alimentaires (AREA) et Coop de France Occitanie. Objectif de la réunion : travailler ensemble à une stratégie forte de promotion des productions régionales avec Sud de France.

9 000 vins et produits

En créant la marque Sud de France en 2006, la Région Languedoc-Roussillon faisait le pari de créer une marque régionale forte et ambitieuse pour soutenir les secteurs agricole, viticole et agroalimentaire en développant une stratégie commerciale de promotion collective, tant au niveau local et national qu'à l'export.

Douze ans après, la Région assure que la démarche a porté ses fruits : « Sur les marchés de la RHD (restauration hors domicile, NDLR), de la GMS (grandes et moyennes surfaces, NDLR) et de l'export, 1 € investi génère 41 € de chiffre d'affaires pour les entreprises régionales. En grande distribution, le retour sur investissement a été estimé en 2014 à 
25 M€ pour 600 000 € investis ».

En 2016, après la fusion des régions Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées, une extension de la marque à l'ensemble du territoire a été décidée. Aujourd'hui, Sud de France compte près de 1 405 entreprises adhérentes et 9 000 vins et produits agroalimentaires. Soit à peu de chose près le même nombre de produits qu'en 2016.

« Nous avons bien intégré des produits de l'ex-Midi-Pyrénées mais entre temps le cahier des charges de la marque a évolué et certains produits sont sortis, explicite un proche de Carole Delga. En douze ans, le marché a évolué. Les consommateurs sont plus vigilants à ce qu'ils achètent. Il était donc important de prendre en compte les produits sous signes d'identification de la qualité et de l'origine (SIQO - ndlr), qui sont au nombre de 250 en Occitanie, ce qui en fait la 1e région en Europe... Et il y a aussi eu une forte émergence du bio. D'où le travail un peu long mais nécessaire qui a été fait sur le cahier des charges... C'est un tournant pour la marque qui se devait de mieux exprimer ces évolutions. »

Segmentation de la marque

Ainsi, afin de permettre aux productions régionales de gagner des nouvelles parts de marchés au moment où la société est de plus en plus réceptive aux notions d'origine et de qualité des produits, Carole Delga a-t-elle proposé aux différents acteurs et filières régionaux concernés, et après consultation, de segmenter la marque en trois catégories : les produits régionaux classiques, les produits SIQO (AOP-AOC, IGP, STG, AB* et Label Rouge), et les produits bio.

« L'agriculture et l'agroalimentaire sont aujourd'hui les premières forces économiques régionales, avec 165 000 emplois et 21 Mds € de chiffre d'affaires, a déclaré Carole Delga à l'issue de la réunion. L'enjeu lié au positionnement des productions régionales sur les marchés et à leur valorisation au meilleur prix est central. À l'heure où les premiers résultats de notre grande concertation alimentation nous indiquent un fort désir de consommation de produits locaux et de saison, facilement identifiables, nous lançons une nouvelle stratégie de promotion pour les produits de la marque Sud de France. Ce choix fort permettra de valoriser toutes les productions d'Occitanie, dans le respect de chacun, au service de la croissance, de l'emploi et du développement de nos entreprises et de nos territoires. »

Gouvernance partagée

La mise en œuvre de cette nouvelle segmentation permettra de valoriser de façon différenciée des produits aux caractéristiques et cahiers des charges différents, en particulier les SIQO.

Les cahiers des charges sont également renforcés sur l'origine des matières premières, en réponse à la demande des acteurs régionaux et aux objectifs de la grande cause alimentation.

Une gouvernance partagée de la marque Sud de France associant la Région et chacun de ses partenaires a par ailleurs été actée, afin d'accompagner le déploiement et le fonctionnement de la marque.

Le 12 juillet, la Région Occitanie et Vinci Autoroutes avaient signé un partenariat visant à déployer la marque Sud de France sur des panneaux et des aires de service du réseau d'autoroutes, et à y promouvoir la destination Grands Sites Occitanie.

* Appellation d'Origine Protégée, Appellation d'Origine Contrôlée, Indication Géographique Protégée, Spécialité Traditionnelle Garantie, Agriculture Biologique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/07/2018 à 14:02 :
Vous auriez pu en profiter pour mettre en avant une filière de permaculture par exemple qui explose mais mouvement venant par en bas tellement le lobby agro-industriel a acheté toutes nos institutions et nos politiciens.

Se sortir de la dictature du lobby agro-industriel en europe c'est comme vouloir se sortir de l'emprise du lobby pétrolier aux états unis.

La race humaine est réellement menacée avec des dirigeants aussi aliénés c'est un fait.

Comment reconnaitre que l'on est en régime néolibéral ? Simple c'est quand les solutions les pires sont martelées comme étant les moins mauvaises.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :