"L’AOC Costières de Nîmes a une belle carte à jouer sur les blancs"

 |  | 464 mots
Lecture 2 min.
Direction et présidence de l’AOP se disent avoir passé des vendanges sereines malgré une baisse de 10% de la production.
Direction et présidence de l’AOP se disent avoir passé des vendanges sereines malgré une baisse de 10% de la production. (Crédits : Thomas Tedesco)
L’appellation la plus méridionale de la vallée du Rhône enregistre de bonnes vendanges 2019 malgré la sécheresse estivale.

Malgré la sécheresse estivale et malgré les incendies, les vignerons AOC Costières de Nîmes disent, dans l'ensemble, avoir passé "des vendanges sereines", selon leur président Bruno Manzone. Bien sûr, les vignerons touchés par les feux de fin juillet (3,8 % du vignoble) dans la région de Générac ne partageront pas l'analyse mais, au global, "la sécheresse étant l'ennemi des ravageurs, tels que le ver de la grappe, et dans la mesure où des réserves d'eau ont été emmagasinées durant l'hiver dernier dans les nappes, la vigne produit de beaux fruits", commente celui qui est également le président de la cave coopérative les Vignerons Créateurs.

Malgré la loupe médiatique déformante placée sur l'AOC à cause des feux estivaux, les Costières de Nîmes affichent donc des vendanges en ligne avec celles observées sur le plan national, avec une baisse de l'ordre de -10 %.

De nouvelles ambitions dans le blanc

Côté couleurs, l'appellation déclare une moindre production de rouge que l'an dernier (55% des volumes, -5%) au bénéfice des rosés (+4%, 39% des volumes) et, dans une moindre mesure, des blancs (6% des volumes, +1%).

"Nous avons une belle carte à jouer sur les blancs. Aujourd'hui, le potentiel demeure largement sous exploité. Le marché est en train de bouger sur le plan international et nos vignerons le sentent. Il y a rapidement pénurie sur cette couleur", commente Fanny Molinié-Boyer, vice-présidente du syndicat, à l'unisson de Bruno Manzone.

À ce jour, de nombreux vignerons pouvant prétendre à l'AOC font le choix de vendre leur blanc, en vrac, en appellation Pays d'Oc plutôt que de le valoriser en bouteille avec leur propre étiquette. Cependant, la montée en gamme et la valorisation aidant, le syndicat estime qu'à l'avenir les producteurs feront "naturellement" migrer leur production vers de l'AOC Costières de Nîmes.

Le Japon, marché florissant

Côté export (40% des volumes), les Costières poursuivent leur croissance en Chine (33% de l'export, +4% en valeur) et aux États-Unis (16% des volumes, en hausse de 14% en valeur) tandis que le Royaume-Uni marque le pas, en raison d'attentes liées au Brexit programmé fin octobre.

En outre, avec la Coupe du Monde de rugby en cours et les Jeux Olympiques à venir au Japon l'an prochain, l'AOC a décidé de cibler cette destination où le vin n'est pas encore totalement entré dans les mœurs mais où le pouvoir d'achat est important. Ses ventes, qui y demeurent modestes, ont ainsi plus que doublé en un an suite à une opération marché et média menée sur place.

La Tribune organisera l'édition 2019 de La Tribune Wine's Forum le 17 octobre au Musée de la Romanité de Nîmes. Inscriptions ouvertes sur ce lien.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :