Jallatte étudie la création d’une nouvelle usine dans le Gard

 |   |  432  mots
Depuis quelques années, la collection de baskets de sécurité J-Energy est assemblée dans l'usine de Jallatte, dans le Gard.
Depuis quelques années, la collection de baskets de sécurité J-Energy est assemblée dans l'usine de Jallatte, dans le Gard. (Crédits : Jallatte)
Le fabricant de chaussures de sécurité entend s’agrandir pour investir des locaux de 3 000 à 4 000 m2 répondant à de hauts standards environnementaux alors que sa production française croît depuis cinq ans.

Un nouvel élan entrepris depuis cinq ans et bientôt une nouvelle usine. Jallatte, le fabricant de chaussures de sécurité installé à Saint-Hippolyte-du-Fort (30), cherche à s'agrandir et donc déménager de ses locaux actuels du Fort Vauban, situé dans le centre-ville de cette commune de 4 000 habitants.

Propriété de l'industriel U-Power depuis 2014, Jallatte a retrouvé l'an dernier l'équilibre financier. Alors que l'entreprise enregistrait 3 M€ de pertes pour 10 M€ de chiffre d'affaires il y a cinq ans, elle devrait atteindre les 27 M€ de ventes cette année, avec une rentabilité de l'ordre de 10 %.

"Cela permet à notre actionnaire de partir sur l'idée d'un réinvestissement en Cévennes, avec un projet de déménagement dans de nouveaux locaux de 3 000 à 4 000 m2 répondant à de hauts standards environnementaux", explique le directeur général de Jallatte, Jean-Marie Calame.

Étiquette bleu-blanc-rouge

Depuis quelques années, l'usine gardoise du chausseur - également présent en Tunisie - a gagné en volume d'activité. Sa collection de baskets de sécurité J-Energy est assemblée dans le Gard et il en est de même, depuis cette année, pour sa nouvelle collection J-Hop, les matières souples (cuir, etc.) étant découpées et cousues en Tunisie, dans l'usine de Bizerte.

"Ce sont des chaussures dont la technologie habitant la semelle est inspirée des chaussures de running : elles restituent l'énergie, souligne Jean-Marie Calame. L'assemblage en France nous permet d'y accoler une étiquette bleu-blanc-rouge. Cette installation nous a par ailleurs permis des créations de postes à Saint-Hippolyte, ce qui n'était pas arrivé depuis 16 ans !"

600 000 paires

Ce type de produit, moderne, séduit certains grands comptes (Orange, Engie, Renault...) qui peuvent faire personnaliser les modèles au logo de leur entreprise, mais également des artisans pour qui la chaussure n'est pas seulement un outil de travail mais de représentation. Ainsi Jallatte s'est mise en quête de cette clientèle qu'elle avait, jusqu'à un passé récent, négligée pour se concentrer sur les grands donneurs d'ordres.

"A 75 € HT, elles sont un peu plus chères que des modèles classiques mais demeurent dans une fourchette de prix acceptable pour du "made in France", si vous mettez l'étiquette au regard d'une paire de baskets sportives fabriquées en Asie", analyse le dirigeant de Jallatte.

Aujourd'hui, sur les 600 000 paires de chaussures vendues par l'entreprise, 250 000 sont assemblées à Saint-Hippolyte-du-Fort.

"L'équilibre de production entre la France et la Tunisie est en train de se faire, constate Jean-Marie Calame. Je n'écarte pas que d'ici 2021 ou 2022, une majorité de chaussures soient assemblées en France."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :