Économie, rugby, siège social, politique : les 4 chantiers 2021 de Mohed Altrad

 |  | 853 mots
Lecture 5 min.
Mohed Altrad, capitaine d'industrie, dirigeant du club de rugby de Montpellier et nouvellement investi en politique...
Mohed Altrad, capitaine d'industrie, dirigeant du club de rugby de Montpellier et nouvellement investi en politique... (Crédits : Groupe Altrad)
Après une année marquée du sceau de la crise, le groupe Altrad, société montpelliéraine de services à l’industrie (maintenance, échafaudage, peinture, grenaillage...), repart de l’avant avec des chantiers ouverts sur quatre continents. Dans le même temps, son P-dg Mohed Altrad, déjà propriétaire du club de rugby montpelliérain et sponsor du XV de France, avance des velléités de sponsoriser les All Blacks… Le point sur les éclectiques « dossiers » Altrad 2021.

L'année 2020 a été l'occasion de plusieurs changements pour le groupe Altrad qui a connu une baisse de son chiffre d'affaires à 2,59 milliards d'euros (- 16,6%) en raison de la pandémie mondiale et de l'arrêt de nombreux chantiers.

Créé en 1984 à la faveur de la reprise d'une fabrique d'échafaudages alors en redressement judiciaire, le groupe Altrad est aujourd'hui un des leaders mondiaux de son secteur d'activité. Œuvrant auprès des industries pétrolières, chimiques, nucléaires et de la défense, il a déployé une centaine de filiales à travers le monde.

A ce jour, le groupe est toujours détenu en majorité par son fondateur et président, Mohed Altrad, par ailleurs président du club de rugby montpelliérain, le MHR (Top 14), et élu d'opposition à la Ville et à la Métropole de Montpellier.

Arrivé de Syrie comme étudiant désargenté à Montpellier il y a une cinquantaine d'années, l'homme d'affaires a gravi tous les échelons jusqu'à décrocher la distinction d'"Entrepreneur mondial de l'année 2015" délivré par le cabinet EY.

Chahuté par la crise, son groupe repart aujourd'hui de l'avant. L'occasion de faire un point avec les directeurs généraux Ran Oren et Jan Vanderstraeten, nommés il y a six mois, et le président-fondateur Mohed Altrad sur ses projets professionnels et personnels. Un homme que seule la position de leader intéresse...

  • Une activité à la relance

Pour son premier semestre d'activité 2020/2021, clos le 28 février dernier, le groupe Altrad renoue avec la croissance après une année d'activité marquée du sceau de la crise sanitaire et économique.

Ainsi, annonce-t-il un chiffre d'affaires de 1,24 milliard d'euros et un Ebitda de 169 millions d'euros pour un carnet de commandes à 2,7 milliards d'euros, « une forte reprise des performances financières et opérationnelles, et le maintien des marges brutes et du pourcentage d'Ebitda aux niveaux d'avant la crise Covid-19 », commente le groupe.

« Je suis heureux de présenter des chiffres semestriels solides, qui témoignent d'une reprise progressive et d'un rebond positif de l'activité, en particulier au sein de la division équipement, et qui nous permettent de respecter notre budget pour l'ensemble de l'année », explique Ran Oren.

« Le deuxième semestre est toujours plus élevé en chiffre d'affaires du fait de notre activité », précise Jan Vanderstraeten

  • Croissance organique et externe

Le groupe Altrad continue de cibler des acquisitions. Pour autant, il ne souhaite pas « commenter de dossier en particulier », et notamment le projet de reprise de l'Allemand Bilfinger qui a fuité dans la presse en février. Une opération qui, si elle réussit, ferait doubler de taille le groupe montpelliérain qui compte aujourd'hui 37.000 salariés.

Sur le plan de la croissance organique, le groupe a notamment remporté un contrat avec Naval Group, un autre de grenaillage et de peinture pour la phase prototype d'un programme de frégate pour la Défense australienne remporté auprès d'une filiale de BAE Systems Australia, ou encore le renouvellement d'un contrat avec Shell à Singapour.

  • Un siège social hors norme

Le futur siège social du groupe Altrad, implanté en lieu et place du précédent, dans le quartier du Millénaire à Montpellier, fera immanquablement l'objet de commentaires tant il tranche avec les standards en vigueur (Architecte Alain Gillet).

Le futur siège du groupe Altrad, à Montpellier

Son emplacement dans un parc bordé d'arbres hauts lui garantit toutefois la discrétion. Un Palais des 1001 pour un entrepreneur aux 1001 vies ? Le bâtiment de 5.000 m2 sera inauguré dans un an.

  • Altrad avec les All Blacks ?

Le groupe Altrad, déjà propriétaire du Montpellier Hérault Rugby (Top 14) et sponsor du XV de France, envisage de sponsoriser les All Blacks en remplacement de l'assureur AIG en 2022.

« C'est une hypothèse pour le moment, on discute, indique Mohed Altrad. Il y a certaines contraintes, sachant que nous avons déjà le maillot de l'Équipe de France jusqu'en 2023. Cela soulève des questionnements sur le fait d'être sur le maillot de deux nations différentes. C'est une question de prix et de périmètre aussi. Mais il n'y a rien de concret aujourd'hui. »

« Nous n'avons pas discuté de prix avec eux, ce sont uniquement des hypothèses pour le moment », abonde Jan Vanderstraeten, codirecteur général.

  • Au conseil municipal, une politique de la chaise vide

Élu d'opposition au conseil municipal de Montpellier et de la Métropole, Mohed Altrad n'a jamais siégé et n'entend pas le faire, sans pour autant démissionner.

« Je ne siège pas mais je suis au courant de tout ce qu'il se passe, justifie-t-il. J'ai un groupe qui me représente. La consigne que je donne, c'est de regarder la pertinence de ce qui est en train d'être fait, même si ce n'est pas notre programme qui a été choisi. Nous essayons d'être positifs dans notre démarche en souhaitant à la personne qui a été élue de réussir dans cette mission. Peut-être qu'un jour je siègerai mais aujourd'hui, je fais passer mes messages car ce n'est peut-être pas en passant quatre heures dans une réunion que je suis le plus productif. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :