Tourisme en Occitanie : un été 2018 en demi-teinte

 |   |  775  mots
La Cité de Carcassonne, dans l'Aude.
La Cité de Carcassonne, dans l'Aude. (Crédits : Edouard Hannoteaux)
Selon l’enquête du Comité régional du tourisme en Occitanie, la saison estivale 2018 a été « sauvée », mais marquée par quelques bémols : des séjours de plus en plus courts, un pouvoir d’achat en baisse et des difficultés liées à l’emploi saisonnier
. De son côté, Hérault Tourisme anticipe une belle arrière-saison.

« Malgré les effets de la canicule, la Coupe du Monde de football (du 14 juin au 15 juillet, NDLR), un pouvoir d'achat en berne, la saison touristique en Occitanie a, semble-t-il, été sauvée. »

C'est le constat que fait l'enquête réalisée durant la période estivale par la Région Occitanie, le Comité régional du tourisme (CRT) et ses partenaires (auprès de 2 687 entreprises touristiques régionales), qui révèle que si, en juillet, 45 % des entreprises interrogées ont estimé que leur activité était stable ou en hausse par rapport à l'an dernier, le chiffre est monté à 66 % en août.

Le mois d'août a toutefois été marqué par des réservations de dernière minute et des séjours plus courts.

Plus de la moitié des acteurs touristiques interrogés (51 %) s'accordent sur un même constat : une baisse du pouvoir d'achat malgré un maintien de la fréquentation française.

« La fréquentation de la clientèle étrangère est, quant à elle, jugée très disparate selon les territoires, annonce le CRT Occitanie. En effet, les professionnels du tourisme constatent une forte présence de la clientèle espagnole sur les Pyrénées ainsi qu'une légère hausse de la clientèle belge sur les zones rurales. En revanche, ils notent une baisse de fréquentation de la part des clientèles allemande et britannique dans ces mêmes territoires.
 »


Touristes exigeants

Malgré une météo caniculaire, les métropoles régionales semblent avoir tiré leur épingle du jeu "grâce à une offre culturelle et d'animations renforcée". Ainsi, en août, trois congrès scientifiques internationaux ont permis à Montpellier d'afficher de bons résultats de fréquentation, tout particulièrement dans l'hôtellerie.


Autre bémol de cet été, pointé par le CRT : « une saison estivale fortement impactée par des difficultés liées au recrutement d'employés saisonniers ». Une problématique que le CRT va mettre sur la table en vue de la prochaine saison.

« Les touristes sont toujours aussi présents en Occitanie mais deviennent de plus en plus exigeants et regardants sur le rapport qualité-prix ainsi que sur l'impact environnemental et sociétal du tourisme, ajoute Virginie Rozière, présidente du CRT Occitanie. Fort de ce constat et de ces évolutions de consommation bien légitimes, le CRT s'apprête à mettre en œuvre de nouvelles actions ciblées par territoire et par typologie de clientèle, tout en poursuivant sa mission d'accompagnement et de formation des prestataires touristiques. »

Toujours selon le CRT, « l'arrière-saison s'annonce belle en Occitanie : 61 % des prestataires interrogés estiment que leur état de réservations est bon ou stable pour le mois de septembre », les hôtels, les résidences de tourisme, les sites culturels et les restaurants figurant parmi les plus optimistes.


Un été héraultais

Sur le seul département de l'Hérault, le mois de septembre s'annonce également au beau fixe, « avec trois millions de nuitées touristiques attendues » (sur 39 millions de nuitées annuelles, dont 22 en juillet et août), selon l'Observatoire d'Hérault Tourisme (Département de l'Hérault).

Dans sa note de conjoncture, rédigée sur la base d'un sondage auprès de 600 entreprises touristiques héraultaises (sur environ 2 500) durant la saison estivale (les données chiffrées sont en cours de collecte), l'Observatoire souligne notamment que « pour l'hôtellerie héraultaise, 2018 est un excellent cru, qui conjugue augmentation des taux d'occupation et hausse du chiffres d'affaires ».

« Pour les autres modes d'hébergement, résidences de tourisme, campings ou villages de vacances, le bilan est aussi positif, avec un chiffre d'affaires supérieur à celui d'août 2017 pour 4 établissements sur 10, note l'Observatoire. Les professionnels témoignent d'un bon niveau de fréquentation française et d'une progression des clientèles traditionnelles, notamment allemandes et néerlandaises. »

L'été avait démarré de manière décevante : probable effet, entre autres, de la Coupe du monde de football, la première quinzaine de juillet avait été « peu satisfaisante » et la saison n'avait réellement débuté que vers le 21 juillet. Mais « le cœur de saison s'est prolongé jusqu'à la fin du mois d'août », selon l'Observatoire.

« Concernant les activités, la chaleur a été bénéfique aux consommations en terrasse ou au bord de l'eau, ce qui a dynamisé le chiffre d'affaires des restaurants et des plages privées, très satisfaits de leur activité estivale », rapporte l'enquête.

À l'inverse, la canicule pourrait avoir ralenti la pratique des activités de pleine nature, les professionnels des loisirs sportifs et culturels espérant un regain d'activité sur les week-ends de septembre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :