Le BIC Innov'up fête ses 30 ans

 |   |  624  mots
La présidente d'Innov'up, Virginie Monnier-Mangue
La présidente d'Innov'up, Virginie Monnier-Mangue (Crédits : Christine Caville)
L'incubateur d'entreprises et de projets innovants du Gard fêtera ses 30 ans, le 6 novembre à la Salle Paloma de Nîmes. Dans un entretien accordé à La Tribune-Objectif, sa présidente Virginie Monnier-Mangue insiste sur la spécificité de ce dispositif et évoque de nouvelles collaborations.

Le BIC Innov'up fête ses 30 ans lors d'une soirée que l'incubateur gardois organise le 6 novembre à la Salle Paloma de Nîmes, placée sous le parrainage de Nicolas Hazard, fondateur et président d'Inco, société spécialiste de la finance sociale. Interview avec la présidente d'Innov'up, Virginie Monnier-Mangue.

Comment le BIC Innov'up a-t-il évolué au cours de ces trente ans ?

Virginie Monnier-Mangue : Le BIC Innov'up a été créé par l'ex-CCI de Nîmes, très visionnaire sur ce sujet, il y a 30 ans. C'est un incubateur qui accompagne plus de 50 entreprises de tout type, avec 15 ou 20 nouveaux projets de création - ou ante création -chaque année. Depuis 2017 et la création de la CCI du Gard, nous avons changé ses statuts pour qu'il intervienne sur l'ensemble du territoire gardois, du Gard rhodanien au bord de mer. Il faut être là où est l'innovation. Le BIC Innov'up reste un incubateur généraliste, qui traite tout type de dossier, avec de belles réussites comme Ginkgo. L'innovation ne se limite pas aux start-ups. Nous pouvons accompagner tout projet innovant : nous avons acquis le savoir-faire pour en faire profiter des entreprises plus matures. Nous intervenons sur plusieurs phases : financement, levées de fonds, propriété intellectuelle, gestion de croissance, etc.

N'en fait-on pas trop autour des start-ups ?

V. M.-M. : Nous avons toujours eu conscience que c'est un phénomène majeur mais, arrivés à l'âge de 30 ans, nous ne sommes plus dans les effets de mode. Il est sûr qu'il y a eu un effet de bulle pendant lequel on faisait dire tout et n'importe quoi à un business-plan sans pour autant avoir de business derrière... Mais le BIC Innov'up a eu une trajectoire différente. Nous n'avons jamais versé dans une stratégie de starification des start-ups qui lèvent beaucoup et vont au CES de Las Vegas. Nous avons été plus pragmatiques. Car dans cet univers de start-ups naissent de nouvelles perspectives dans les façons de travailler. C'est une ouverture, y compris pour les grands groupes, et nous voulons développer les coopérations avec ces derniers. Nous commençons à mettre en place des démarches d'open innovation, en accompagnant les groupes dans l'échange avec les start-ups répondant à leurs besoins. Et inversement. Enfin, nous avons dépassé le stade des POC (preuve de concept, NDLR) et nous arrivons à l'industrialisation. Du coup, le BIC peut se positionner en tiers de confiance en aidant à la réussite de ce passage.

Avec quels acteurs travaillez-vous ?

V. M.-M. : Au sein de l'Agglo de Nîmes Métropole, nous travaillons pour le compte de l'agence  de développement OpeNîmes. Au vu de notre rayonnement gardois, nous sommes en discussion avec d'autres collectivités, par exemple le Gard Rhodanien avec qui nous allons passer un accord. Nous avons aussi une collaboration étroite avec l'accélérateur Open Tourisme Lab, puisque nous avons travaillé à sa création, sur son programme d'accompagnement, et avons participé au jury de sélection de la 1e promotion de start-ups en début d'année. Au-delà, nous nous sommes bien appuyés sur l'ex-réseau de pépinières Synersud (désormais intégré à l'agence régionale Ad'OCC, NDLR), qui a permis d'avoir une vraie collaboration entre structures, par exemple entre le BIC de Montpellier et nous. Nous travaillons aussi avec l'IMT Mines Alès sur la mutualisation des outils de formation. Enfin, il existe deux clusters numériques actifs sur Nîmes, FrenchSouth.digital et GarDigital. Nous avons signé une convention avec le premier en 2017 pour ouvrir une Maison du Numérique et lui permettre de se développer. Nous avons aussi plusieurs actions en cours avec le deuxième.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :