Melies Business Angels s'associe au Crédit Agricole du Languedoc

 |   |  355  mots
Gilles Roche, président de MBA, et Laurent Sassus, directeur Entreprises et partenariats au Crédit Agricole du Languedoc.
Gilles Roche, président de MBA, et Laurent Sassus, directeur Entreprises et partenariats au Crédit Agricole du Languedoc. (Crédits : PC)
Melies Business Angels a signé un partenariat avec le Crédit Agricole du Languedoc, le 29 mai. La convention implique également la société d'investissement régionale Sofilaro et le Village by CA. Les quatre partenaires co-financeront des jeunes pousses locales, dans le but de repérer les affaires de demain.

Le Crédit Agricole du Languedoc vient de signer, le 29 mai, son engagement aux côtés de Melies Business Angels (MBA) pour co-financer de jeunes pousses locales.

Le groupe bancaire a réservé une enveloppe de 200 000 € par an, sur trois ans. L'étude des dossiers sera assurée par MBA, qui proposera deux à trois affaires par an à son partenaire.

L'objectif est d'identifier de jeunes pousses prometteuses, pour investir dans la phase d'amorçage. La convention allie des intérêts convergents, entre le vivier de compétences de MBA (une centaine de business angels) et les dispositifs du Crédit Agricole (dont le Village by CA) et sa trentaine de partenaires.

L'étincelle MBA

"MBA n'est pas au niveau des banques, mais nous sommes une étincelle, avec une place précise dans la phase d'amorçage, affirme Gilles Roche, président de MBA. Un de nos objectif est d'être plus présent dans les seconds tours de financement, et de mieux communiquer sur notre travail et notre passion entrepreneuriale."

L'association MBA réunit une centaine d'investisseurs individuels. Depuis onze ans, elle a effectué 34 prises de participation (sur des tickets entre 150 000 et 200 000 €) dans des start-ups locales, pour un montant de 4,51 M€.

Se positionner sur l'amorçage

"Le Village by CA est déjà un accélérateur. Avec ce partenariat, on se place plus en amont, sur la création, c'est pour cela que MBA était tout indiqué", précise Laurent Sassus, directeur Entreprises et partenariats au Crédit Agricole du Languedoc.

Le groupe bancaire compte aussi sur sa société de capital investissement régionale, Sofilaro, qui pourrait "prendre le relais" avec les start-ups en développement.

"Sofilaro investit 500 000 € par an sur la création, mais le spectre est trop large. Faire du capital-risque demande d'importantes ressources humaines, pour des tickets faibles, c'est un travail chronophage. Ce partenariat est une aide sur ce point."

La convention pourrait aider les investisseurs face à l'augmentation moyenne des tickets d'entrée. Présent au premier tour de table des start-ups régionales, MBA voudrait pouvoir investir sur les deuxième et troisième levées de fonds.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :