Deuxième place mondiale pour la web-série nîmoise "Nemausus"

 |   |  372  mots
La web-série met en scène un gladiateur projeté dans le Nîmes d'aujourd'hui
La web-série met en scène un gladiateur projeté dans le Nîmes d'aujourd'hui (Crédits : Kprodz)
La web-série "Nemausus" finit une tournée des festivals internationaux avec plus de 50 prix (dont le 1er prix au Washington DC Web Fest) et se classe 2e web-série mondiale en 2017 sur plus de 700 productions internationales. Un succès pour la société nîmoise Kprodz, qui avait produit la 1e saison avec seulement 35 000 €.

Le gladiateur romain de la web-série "Nemausus" a séduit la planète. Produite par la société nîmoise Kprodz, les dix épisodes de la série (disponibles sur YouTube), mettent en scène un gladiateur projeté dans le Nîmes d'aujourd'hui. Une idée brillante pour la société de production, qui valorise la ville à l'international et qui s'ouvre de nouvelles perspective de distribution pour la saison 2, attendue fin 2019.

"Notre idée est partie de la ville, où nous avons les contacts avec Culturespaces et les Grands jeux romains, détaille Quentin Uriel, co-fondateur de Kprodz. Ils nous ont ouvert les lieux historiques pour le tournage, et les Nîmois étaient très enthousiastes. C'est un projet intimement lié à notre travail avec la ville, et je crois que le succès international s'explique par la qualité de la réalisation, mais aussi dans la mise en scène des cascadeurs des jeux romains et le lien à l'histoire."

"Nemausus" à la télévision ?

Si le tournage de la saison 1 en octobre 2017, a coûté 35 000 € à Kprodz (sur un budget initial de 160 000 €, grâce à des aides de la ville et une équipe de 200 bénévoles), la société peut désormais envisager une saison 2 plus ambitieuse.

Dix épisodes de dix minutes sont prévus pour une sortie fin 2019. La web-série a déjà quelques propositions pour une distribution sur une chaîne TV.

"On est en plein développement et on discute avec des chaînes qui ont aussi des programmes dédiés sur le web", précise Quentin Uriel.

Des institutions partenaires

Créée en 2010, Kprodz compte quatre salariés à temps plein et affiche un CA de 400 000 € en 2018. L'entreprise développe une offre en marketing de contenus pour les entreprises et les institutions.

"Notre idée est de faire des vidéos corporate mais avec une esthétique cinéma, c'est toujours notre angle", poursuit Quentin Uriel.

Kprodz travaille d'abord avec la ville de Montpellier dès 2010, et s'étend ensuite à Nîmes, notamment grâce à son partenariat avec Culturespaces depuis trois ans. La société de production a réalisé plusieurs vidéos pour les monuments nîmois, mais aussi dans toute la France (Mulhouse, Aix-en-Provence, Paris).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :