Festival Visa pour l’image, une édition in situ et numérique

 |  | 626 mots
Parmi les expositions présentées par Visa pour l'image, les photographies de Peter Turnley saisissant le visage humain du Covid-19 à New York.
Parmi les expositions présentées par Visa pour l'image, les photographies de Peter Turnley saisissant le visage humain du Covid-19 à New York. (Crédits : Peter Turnley)
Pour sa 32e édition, le Festival de photojournalisme Visa pour l’Image, qui se tient à Perpignan, ville conquise par le Rassemblement national, jusqu’au 27 septembre, adapte son format aux contraintes de la crise sanitaire. Sans pour autant renier ses fondamentaux : « du fond, de la nuance et de la mise en perspective ».

« Cette 32e édition a été un peu compliquée à organiser mais on a la foi des montagnards. On ne voulait pas baisser les bras et rater ce rendez-vous important », justifie le combatif Jean-François Leroy, directeur de Visa pour l'Image, le Festival de photojournalisme qui se tient en ce moment à Perpignan.

Alors que, la mort dans l'âme, nombre de festivals ont dû renoncer à leur programmation 2020, le rendez-vous international du photojournalisme est une bouffée d'air de cette rentrée culturelle atone.

L'inauguration officielle, le 29 août dernier, a d'ailleurs rassemblé un public nombreux et quelques personnalités politiques et culturelles, à commencer par Renaud Donnedieu de Vabres, ancien ministre de la Culture et président de l'association Visa pour l'Image,...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :