Carole Delga et Xavier Bertrand offensifs pour la redynamisation des cœurs de ville

 |   |  840  mots
Xavier Bertrand, Patrick Vignal et Carole Delga, le 10 avril 2019 à l'Assemblée nationale.
Xavier Bertrand, Patrick Vignal et Carole Delga, le 10 avril 2019 à l'Assemblée nationale. (Crédits : DR)
Inquiets du déclin des centres-villes, les présidents des Régions Occitanie et Hauts-de-France, Carole Delga et Xavier Bertrand, s’associent à l’association Centre-Ville en mouvement pour lancer une expérimentation visant à redynamiser les cœurs de ville. L’initiative se veut une démarche innovante au service des territoires.

Le 10 avril, les deux présidents des Régions Occitanie et Hauts-de-France, Carole Delga (PS) et Xavier Bertrand (ex-LR), et le député héraultais Patrick Vignal (LREM), également président de l'association Centre-ville en mouvement, ont organisé une conférence de presse commune à l'Assemblée Nationale.

Objectif : présenter une expérimentation inédite dont l'ambition est de mutualiser les expériences afin de redynamiser les centres-bourgs, et qui se traduit par un partenariat entre les deux Régions et l'association.

L'idée est d'aller au-delà du Plan national Action Cœur de ville lancé en 2018 par le gouvernement (222 villes en France qui bénéficieront d'une convention de revitalisation sur cinq ans pour redynamiser leur centre-ville, soit plus de 5 Mds € mobilisés).

« N'attendons pas tout de l'État, pointe Patrick Vignal. Les Régions ont les compétences et les moyens pour s'engager dans cette dynamique. Le Programme Action cœur de ville est un début, chacun doit prendre sa part. Les centres-villes sont créateurs de lien social : 90 % des Français pensent que les commerces de proximité dynamisent les centres-villes. Leur revitalisation est un sujet sur lequel il faut avoir une vision globale et une action locale. Le projet consiste à remettre de l'humain dans l'urbain. »

Deux régions : une au nord, une au sud

Carole Delga et Xavier Bertrand se sont déclarés tous les deux volontaires - « les problématiques des centres-villes et des centres-bourgs se moquent bien des appartenances politiques », souligne Patrick Vignal - pour une expérimentation en partenariat avec les acteurs nationaux des métiers commerciaux et artisanaux (Chambre régionale des métiers Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, Fédération des commerçants de France, Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie, Fédération des pharmaciens d'officine, Fédération nationale des marchés de France, Association Ville et métiers d'art, etc.).

« Nous démarrons par deux régions, une au nord et une au sud, indique Patrick Vignal. Nous souhaitons faire un travail d'ensemblier pour associer les maires et réfléchir sur la place de chacun dans la redynamisation des centres-villes et centres-bourgs : syndicats, fédérations professionnelles, élus, mais aussi bailleurs sociaux et tous les acteurs de l'animation des centres-villes sont concernés. »

Le député prétend faire émerger des « solutions doivent être audacieuses et innovantes : Amazon à la française, Territoire zéro chômage longue durée, Territoire financier solidaire ».

Sur le terrain, l'expérimentation débutera par un recueil des attentes et besoins des uns et des autres (et mis à disposition sur une plate-forme en ligne).

Une ville par département

« Nous partageons aujourd'hui un constat commun : nos centres-villes déclinent et si nous ne réagissons pas dès maintenant ils mourront sous nos yeux. C'est un véritable cri d'alarme que nous poussons aujourd'hui, déclare Carole Delga. Nos concitoyens ont une forte demande de se sentir reliés et intégrés... En Occitanie, depuis plus de 18 mois, nous avons créé un dispositif bourgs-centres sur nos 4 500 communes, pour identifier les communes avec des enjeux forts d'attractivité sur leurs centres-villes. 650 communes ont répondu favorablement... Une ville par département va faire l'objet de l'expérimentation, Perpignan, Alès, Foix, Cahors, etc., avec un plan d'action spécifique adapté pour chaque ville. »

De son côté, Xavier Bertrand indique : « Nous n'intervenons pas contre l'État mais en complémentarité avec le programme Action Cœur de Ville... Il y a urgence car si les centres se dépeuplent alors c'est de l'emploi qui disparait et que nous ne retrouverons pas... En Hauts-de-France, 23 communes sont éligibles au plan Action Cœur de ville, mais je ne peux pas me permettre de laisser Lille, Amiens et le désert tout autour. Nous avons lancé un appel à projet de 60 M€ auquel ont répondu près de 140 communes »

Les CDAC et la CNAC en question

Les participants ont aussi émis des inquiétudes sur le rôle des CDAC et de la CNAC (Commission départementale et commission nationale d'aménagement commercial, compétentes pour examiner les demandes d'autorisation d'exploitation commerciale), dans l'arrêt ou la poursuite de la dynamique de déploiement de centres commerciaux en périphérie des villes.

« La Région vote contre les projets d'extension des zones commerciales, assène Carole Delga. Le commerce et l'artisanat sont indispensables en cœur de ville. »

« Si un maire prend l'argent de la Région Hauts-de-France pour les centres-villes et centres-bourgs, je suis très clair, il ne développe plus les zones périphériques ! », répond quant à lui Xavier Bertrand. »

Et Patrick Vignal de conclure : « Notre méthode est de mettre tout le monde autour de la table avec le souci de redynamiser les centres-villes, ajoute Patrick Vignal. Dans ce cadre, il est certain que la CNAC et les CDAC doivent faire l'objet d'un texte prochainement. »

Patrick Vignal a d'ores et déjà donné rendez-vous aux participants en septembre 2019 pour un premier point d'étape des actions menées.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :