CES de Las Vegas : Groupe Sigma et Choosit à l'affût des ruptures technologiques

 |   |  350  mots
Pascal Chavernac dirige le Groupe Sigma, basé à Carcassonne (11)
Pascal Chavernac dirige le Groupe Sigma, basé à Carcassonne (11) (Crédits : Christine Caville)
Les dirigeants du Groupe Sigma (intégration de solutions IP) et de l’agence digitale Choosit sont présents au CES, qui se déroule du 6 au 9 janvier. Dans leur viseur : l’identification de nouvelles tendances, pour mieux anticiper les évolutions de leur marché respectif.

Pascal Chavernac se qualifie après plus de 30 ans d'activité comme un « start-upper » et non comme un tech-champion ou encore un serial entrepreneur. Pourtant, il dirige le Groupe Sigma, comprenant dix sociétés dans le domaine de l'intégration de solutions IP pour l'informatique et la téléphonie.

Pascal Chavernac est également président de Resadia, un groupement de 32 entreprises réunies pour être plus fortes ensemble et constituant une ETI générant un chiffre d'affaires de 700 M€ sur l'ensemble du territoire national. Engagé dans le développement économique de son territoire d'origine, l'Aude, en tant que président du conseil de développement de l'Agglomération, il vient aussi de publier un manifeste : Le numérique, t'en souvient-il ? (Éd. Mélibée).

« Je suis animé par une curiosité insatiable, je suis venu sentir le marché et les tendances, commente-t-il à sujet de son déplacement à Las Vegas. Lorsque je repartirai du CES j'aurais beaucoup d'idées en tête. Toutes ne se réaliseront pas mais alimenteront la suite de mes rachats, de mes développements et de mes rencontres professionnelles. »

Identifier les ruptures technologiques

Philippe Nahoum, créateur de l'agence digitale Choosit (19 salariés, CA : 1,3 M€) en 1998, est également très impliqué dans le développement économique du numérique sur le territoire, en tant que référent du Pass French Tech. En septembre 2015, il a lancé un programme d'accélération collaboratif Start2You qui prévoit d'accompagner quelque 40 start-ups de l'aire montpelliéraine.

« Je souhaite voir quelles sont les tendances actuelles en terme d'innovations de services et technologiques sous mes deux casquettes : à la fois pour conseiller et répondre aux demandes de nos clients sur les approches interfaces utilisateurs et au travers de mes différentes missions au sein de la French Tech Montpellier, témoigne-t-il. Au cours de cette première journée, je souhaite faire ma propre analyse à propos des développements engendrés par les objets connectés et la réalité augmentée, des ruptures technologiques que ces tendances vont engendrer ou pas, des impacts sur les usages, etc. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :