MatchUpBox lance la première ICO en région

 |   |  536  mots
Une ITO est une levée de fonds en crypto-monnaies, telles que Bitcoin, Ethereum ou autres
Une ITO est une levée de fonds en crypto-monnaies, telles que Bitcoin, Ethereum ou autres (Crédits : Creative Common)
L’opérateur d’échange de données personnelles, basé au BIC de Montpellier, se prépare à émettre 75 millions de jetons (tokens), à compter du 24 novembre, dans le cadre de la 1e levée de fonds en crypto-monnaie lancée en Occitanie (la 5e en France). L’opération vise à dynamiser la blockchain bâtie autour de sa plate-forme Pikcio auprès des investisseurs institutionnels.

Start-up franco-américaine positionnée comme opérateur d'échange de données personnelles, le Montpelliérain MatchUpBox lancera, à compter du 24 novembre et pour une durée d'un mois, une levée de fonds en monnaie virtuelle, la première de ce type en Occitanie et seulement la cinquième en France à ce jour. Cette ITO (Initial Token Offering) porte sur l'émission de 75 millions de tokens, ou "jetons", qui serviront de monnaie aux investisseurs pour acheter des services sur sa plate-forme Pikcio.

Une nouvelle infrastructure de datas

Créée en 2016 par MatchUpBox, Pikcio est une plate-forme de communication sécurisée et basée sur la technologie Blockchain. Elle cible les entreprises (banques et assurances en majorité) qui veulent fiabiliser la relation avec leurs clients, et se conformer aux obligations légales en la matière.

Selon Didier Collin de Casaubon, fondateur de MatchUpBox, l'ITO devrait être souscrite à 20 % par des particuliers, et à 80 % par des investisseurs institutionnels (fonds, VC, family offices, investisseurs en crypto-monnaies, etc.). En terme de valorisation business, elle devrait se traduire par une levée de 7,5 à 10 M€ pour la société, avec un plafond fixé à 30 M€.

"Le marché de la donnée personnelle fonctionnait jusqu'ici sur un modèle classique de collecte, plus ou moins bien acceptée par la population, et souvent mal protégée, explique-t-il. Face à ce constat, nous proposons de changer la façon dont les acteurs interagissent, avec une architecture d'un nouveau genre, assurant la qualité des datas et la qualité du contrôle des usages. Ces tokens seront achetés sur notre plate-forme par des utilisateurs qui veulent des certifications, et par des gros business qui veulent des flux importants de plusieurs millions d'euros."

Une autre levée en préparation

Par ailleurs, MatchUpBox prépare aussi une levée de fonds classique auprès d'investisseurs nationaux et internationaux, prévue au 1er trimestre 2018, pour un montant espéré entre 2,5 et 5 M€. L'opération vise à financer le développement de la société sur deux nouveaux axes, en plus de ses activités financières décrites ci-dessus (principalement en France et Bénélux, à ce jour).

D'une part, MatchUpBox veut se développer à l'international, et indique avoir posé "des jalons" en Chine, à Singapour, au Bahreïn et aux États-Unis. Elle aurait déjà, selon les cas, obtenu des agréments, intégré des incubateurs de type fintech, ou signé un accord pour développer un pilote au sein d'une grande banque.

"Nous voulons devenir, et rapidement, une plate-forme universelle. Or c'est en signant des références internationales qu'on devient un standard de fait", estime Didier Collin de Casaubon.

D'autre part, la société souhaite décliner son offre en direction de six ou sept nouveaux secteurs d'activité. Elle cible en priorité la santé et les ressources humaines, "en prenant le temps d'éduquer le marché".

Sur ces bases, MatchUpBox anticipe une forte croissance de son activité. Sortant de plusieurs années de R&D autofinancées, elle affiche un prévisionnel de 270 000 € en 2017, avant un bond à 2,7 M€ en 2018.

Société franco-américaine créée en 2011 à Boston (États-Unis), MatchUpBox a installé sa R&D au BIC de Montpellier en 2014. Elle compte 15 collaborateurs à ce jour.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :