Plan d’investissement dans les compétences : 1,4 Md€ pour l'Occitanie

 |   |  599  mots
Le préfet de l'Occitanie Etienne Guyot, la ministre du Travail Muriel Pénicaud, et la présidente de Région Carole Delga, pour la signature du PIC à Perpignan
Le préfet de l'Occitanie Etienne Guyot, la ministre du Travail Muriel Pénicaud, et la présidente de Région Carole Delga, pour la signature du PIC à Perpignan (Crédits : Emmanuel Grimault)
Carole Delga, présidente de la région Occitanie, et la ministre du Travail Muriel Pénicaud ont signé, le 29 mars à Perpignan, le Plan d’Investissement dans les Compétences initié par l'État. Prévu sur 5 ans et doté de plus d’1,4 Md d’€, ce plan vise à lutter contre le chômage, notamment chez les jeunes en décrochage scolaire, à travers la formation.

Le 29 mars, l'école régionale de la deuxième chance de Perpignan (1 300 jeunes formés), accueillait la signature du Plan d'Investissement dans les Compétences (PIC), piloté par le ministère du Travail. Ce pacte pluriannuel d'investissement dans les compétences, prévu sur la période 2019-2022, a été signé par la présidente de la région Occitanie, Carole Delga, et la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, entourées de partenaires institutionnels, industriels et associatifs.

Doté d'un budget global de plus de 1,4 Md€ (plus de 568 M€ apportés par l'Etat et 877 M€ par la Région), ce plan se focalise essentiellement sur la formation qualifiante et innovante des personnes les plus fragiles. Parmi les actions : la modernisation de l'outil et des pratiques pédagogiques, la mise en place d'un bus itinérant en zones rurales ou en quartiers prioritaires de la ville, la formation à distance sur les savoir-être dans les métiers du tourisme, ou encore la création d'un observatoire 4.0 en lien avec Microsoft et ATOS).

Carole Delga et Muriel Pénicaud ont évoqué la nécessité de travailler main dans la main pour lutter contre le chômage de masse à travers le développement des compétences.

« Nous connaissons une situation difficile sur le terrain du chômage. Région la plus attractive de France avec 54 000 nouveaux habitants chaque année - l'équivalent de la population de Narbonne - l'Occitanie est confrontée à une demande d'emploi importante, que le taux de croissance, pourtant parmi les plus importants du pays, ne permet pas d'absorber. En réponse à la progression démographique de notre région, nous devons chaque année créer 24 000 emplois, et répondre aux besoins en compétences des entreprises qui peinent à recruter avec 15 000 offres non pourvues, faute de qualification », explique Carole Delga qui rappelle que les Pyrénées-Orientales enregistrent le taux de chômage le plus élevé de France avec 14,5 % (8,8 % au niveau national).

Au niveau national, le PIC est financé à hauteur de 15 Mds € sur cinq ans. Il se donne comme objectif de former deux millions de personnes en situation de difficulté sociale et économique : un million de jeunes éloignés du marché du travail et un million de demandeurs d'emploi peu ou pas qualifiés.

Adapter les compétences aux besoins

À l'heure où de nombreux secteurs d'activité, certains stratégiques comme l'aéronautique, peinent à recruter à hauteur de leur besoins faute de profils qualifiés (entre 300 000 et 400 000 emplois restent non pourvus chaque année en France, dont 15 000 en Occitanie), le PIC ambitionne de résoudre ce problème en adaptant les formations aux compétences recherchées par les entreprises. Ainsi dès cette année, 20 000 places de formation supplémentaires seront ouvertes sur les secteurs en tension, avec une adaptation annuelle selon les besoins des entreprises.

L'école régionale de la deuxième chance de Perpignan est la première en Occitanie (sur les 11 écoles que compte la région), à lancer le nouveau dispositif DECLIC, « dispositif   spécifique pour les décrocheurs scolaires éligibles au Pacte Occitanie et destiné aux jeunes de moins de 18 ans. Il s'agit de faciliter la découverte de métiers et de remotiver les jeunes par des techniques originales, alternatives, reposant en grande partie sur le numérique. Une session de neuf jeunes a démarré depuis quelques semaines », indique Carole Delga.

« Nous devons utiliser les opportunités du numérique et de la transition énergétique pour créer des emplois », poursuit-elle en rappelant l'objectif de la région de devenir la première région d'Europe à énergie positive d'ici 2050.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/04/2019 à 13:46 :
Désolé mais quand j'écris un commentaire parfaitement valable, non hors sujet, non insultant ou diffamant et qu'on me le censure, j'insiste je sens bien que quelque chose ne va pas côté modération...

La formation professionnelle est indispensable aux adultes mais avant on est trop jeune pour travailler donc le mieux reste de proposer une éducation pourquoi pas orientée afin de motiver l’intéresse mais pas le former à bosser alors que son esprit n'y est pas prêt tout simplement, il faut murir l'esprit avant de former le corps.

Comme je l'ai déjà écrit je ne le sors pas de mon chapeau c'est du Nietzsche dans Humain Trop Humain si vous voulez savoir.

Qu'il y a t'il de censurable dans ce commentaire ? Strictement rien. Merci.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :