Montpellier : avec Sophie Salelles, Philippe Saurel resserre son cabinet

 |   |  519  mots
Sophie Salelles et Philippe Saurel affichent leur unité, le 4 janvier à l'Hôtel de Ville de Montpellier
Sophie Salelles et Philippe Saurel affichent leur unité, le 4 janvier à l'Hôtel de Ville de Montpellier (Crédits : Anthony Rey)
Philippe Saurel a officialisé, le 4 janvier, la nomination de Sophie Salelles comme nouvelle directrice de son cabinet à la Ville et à la Métropole de Montpellier. Une fonction mutualisée au sein d'une équipe resserrée, sur des options politiques que la principale intéressée dit partager avec l'édile, en rupture du PS depuis 2014.

Alors que l'information était connue depuis la fin 2017, Philippe Saurel vient d'officialiser la nomination de Sophie Salelles comme sa nouvelle directrice de cabinet, à la fois à la Ville de Montpellier et à Montpellier Méditerranée Métropole (M3M). Celle-ci succède à Fanny Ervera et à Fabrice Manuel, qui ont respectivement occupé cette fonction pendant six mois et deux ans et demi, consécutivement à la victoire de Philippe Saurel aux élections municipales de mars 2014.

Le choix de la mutualisation

Sophie Salelles a été l'ancienne titulaire du poste à Montpellier Agglomération sous la présidence de Georges Frêche jusqu'à son décès en octobre 2010, puis a été confirmée dans ce rôle par Jean-Pierre Moure jusqu'aux municipales de 2014. Elle l'avait quitté après la victoire de Philippe Saurel tout en restant dans l'administration locale, d'abord dans une fonction de communication et de responsable du mécénat pour le Musée Fabre, puis à la direction des services du tourisme et de l'international.

Sophie Salelles dirigera donc un cabinet commun à la Ville et à M3M ; Simine Namdar, confirmée au poste de chef de cabinet, est dans la même configuration. Alors que le reste des membres de ce cabinet sera connu dans les prochains jours, Philippe Saurel précise : "En vertu de cette mutualisation, mon cabinet se composera de 11 membres, alors que j'avais le droit d'en nommer 13 : sept à la Ville, et six à la Métropole".

"C'est dans cette espèce de neutralité ambiante que surgissent les monstres, pour citer Antonio Gramsci - et c'est pour cela que j'ai mis les choses au clair à la Ville et à la Métropole, poursuit Philippe Saurel, dans une allusion au remaniement politique imposé en 2017. Pour les deux années et demi à venir, il me faut une équipe soudée, à la Ville, à la Métropole, au cabinet. Je mets en place les conditions de cette soudure. Et je fais appel à des gens expérimentés, des professionnels, qui ont une connaissance fine des thématiques locales et des dossiers impliquant aussi l'État, l'Assemblée Nationale, la Région ou le Département."

Des options politiques communes

Bien qu'issue de deux administrations socialistes, et assumant encore l'étiquette de socialiste, Sophie Salelles affirme qu'elle partage les options politiques de Philippe Saurel, qui avait fait le choix de se présenter, en 2014, contre le candidat officiellement investi par le PS (Jean-Pierre Moure), dans une démarche citoyenne et transparti. Elle précise même qu'elle avait poussé - sans succès - à la fusion des deux listes entre les deux tours des municipales, proposition alors rejetée par Jean-Pierre Moure ("malgré les pressions du Président François Hollande et du ministre de l'Intérieur, Manuel Valls", rajoute Philippe Saurel).

"J'ai été l'un des acteurs privilégiés de la mutation politique de 2014, indique Sophie Salelles. J'ai ensuite pris du recul pour l'apprécier, mais je crois que cette mutation va perdurer et se développer. Il y a la façon de faire de la politique, celle de l'ancien monde, et la façon d'en faire une nouvelle, dont Montpellier a été le laboratoire."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :