La Caisse des dépôts monte en puissance dans la politique de la ville

 |   |  567  mots
60 % de l'activité a porté sur le logement en 2014
60 % de l'activité a porté sur le logement en 2014 (Crédits : David Richard / Transit / Ville Montpellier)
Selon les résultats de son activité annuelle, publiés le 15 avril, le groupe a accordé 1 Md€ de prêts en région sur 2014, dont 60 % consacrés au logement social. Il prévoit d'accroître son action sur la politique de la ville en 2015, y compris en lien avec des opérateurs privés.

La Caisse des dépôts, selon le bilan d'activité dévoilé le 15 avril, a accordé 1 Md€ de prêts en 2014 (+ 34 % en un an) en Languedoc-Roussillon. 60 % de cette enveloppe ont été fléchés sur la construction de 6 000 nouveaux logements et la rénovation de 4 000 logements en région.

Les prêts aux collectivités représentent 25 % de cet effort (passé de 117 à 332 M€), ciblant principalement la construction d'établissements scolaires et de bâtiments publics. Par ailleurs, les CHU, les hôpitaux et les centres médico-sociaux ont absorbé 15 % de ce montant.

"La Caisse des dépôts a également un rôle d'investisseur, rappelle la directrice régionale, Gaëlle Velay. Nous sommes intervenus à hauteur de 18 M€ sur diverses opérations structurantes, générant un total de 230 M€ de travaux en région par effet de levier."

Une nouvelle offre sur le logement locatif

Au cours de son activité 2014, le groupe a inauguré plusieurs modalités d'intervention en Languedoc-Roussillon, parmi lesquelles des conventions sur les enjeux de la ruralité signées avec les Départements de l'Aude et de la Lozère (pour un programme d'actions qui s'étendra jusqu'en 2017) ou sur l'entrepreneuriat étudiant aux côtés de l'État, des accords pluriannuels avec des bailleurs sociaux (pour 50 M€ avec FDI et 63 M€ avec Hérault Habitat), une enveloppe de 82,3 M€ de prêts sur fonds d'épargne avec le Département des Pyrénées-Orientales sur le logement, les transports, ou l'assainissement, ou encore un prêt "croissance verte" à taux bonifié pour la construction ou la rénovation de bâtiments à haute performance énergétique (la Lozère sera le 1er bénéficiaire).

"Le groupe Caisse des dépôts a programmé, au plan national, une nouvelle enveloppe de 100 Mds € de prêts et de 20 M€ d'investissement en cinq ans sur les thématiques de la démographie, de l'organisation territoriale, du numérique et de la transition écologique, détaille Gaëlle Velay. En Languedoc-Roussillon, notre action se fera en fonction des projets. Nous prévoyons d'accompagner encore plus les collectivités locales, au travers de conventions pluriannuelles comme nous l'avons fait avec les bailleurs sociaux ou les P.-O., conclues sur toute la durée d'un mandat. En matière de logement, nous allons développer une nouvelle offre en logement locatif intermédiaire avec notre filiale SNI. Entre 100 et 150 logements sont déjà concernés sur la métropole montpelliéraine."

Une nouvel enjeu dans la politique de la ville

De même, le groupe prévoit d'accentuer son action en faveur de la politique de la ville, en l'axant d'abord sur le développement économique. Des projets de revitalisation de centre-ville par le commerce, le tourisme et le patrimoine sont envisagés, y compris en partenariat avec des opérateurs privés. Les villes de Perpignan (66), Béziers (34), Uzès (30) et Pont-Saint-Esprit (30) ont déjà été identifiées sur ces sujets.

"La politique de la ville a été redéfinie, en 2015, non plus sur des critères de quartiers, mais sur des critères de revenus, indique Gaëlle Velay. Cela dessine une nouvelle géographie du Languedoc-Roussillon, où les cœurs de certaines villes moyennes n'étaient pas identifiés jusqu'ici, pour ces raisons, dans le cadre de l'ANRU. Dans tous ces quartiers désormais éligibles, nous pourrons intervenir sur des questions touristiques ou patrimoniales, par exemple."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :