La Banque Populaire du Sud lance son Lab Inno

 |   |  438  mots
P. Chauvois (DG de la BPS), A. Joffre (président du CA de la BPS) et Y. Tyrode (DG chargé du digital au sein du groupe BPCE).
P. Chauvois (DG de la BPS), A. Joffre (président du CA de la BPS) et Y. Tyrode (DG chargé du digital au sein du groupe BPCE). (Crédits : Mariama Diallo)
La Banque Populaire du Sud a inauguré, le 21 mars, son Lab Inno sur son siège de Saint-Estève (66). Le lieu, mélangeant innovation et formation, se dédie dès à présent à l’émergence de nouvelles technologies dans les services bancaires.

Développé sur un espace total de 300 m2, le Lab Inno de la Banque Populaire du Sud (BPS), inauguré le 21 mars par Pierre Chauvois, directeur général du groupe bancaire, se scinde en deux espaces : le premier est dédié à l'innovation (exposition des technologies développées ainsi que de celles en cours de développement), et le second est dévoué à la formation avec notamment l'école d'ingénieurs perpignanaise IMERIR, tournée vers les nouvelles technologies.

Un espace collaboratif

Ce premier Lab Inno de la banque, qui « marque la volonté de la BPS d'évoluer et d'innover » selon Pierre Chauvois, se veut un endroit collaboratif et ouvert à des porteurs d'idées innovantes dans le secteur bancaire (la satisfaction client, en particulier), et ayant des profils très divers : étudiants d'universités, élèves de grandes écoles, clients, partenaires, salariés. L'idée étant de favoriser la transversalité dans le développement des projets.

En complément de cet espace, un amphithéâtre d'une centaine de places a été créé et des « Trophées de l'innovation » devraient être lancés d'ici quelques jours. Encourager « les innovations utiles », permettre à chaque collaborateur d'accéder au monde digital, telle est la volonté de la BPS.

Digitaliser la relation client

Ayant fait de la digitalisation un axe prioritaire de développement, le groupe BPCE, dans le cadre d'un plan stratégique, ambitionne, à horizon 2020, d'amener 90 % de ses clients actifs (contre 60 % aujourd'hui) vers ses services dématérialisés : retrait d'argent avec son smartphone, authentification grâce aux empreintes digitales, chabots, ou encore enregistrement d'une remise de chèque grâce au téléphone.

Pour atteindre son objectif, la BPS mise sur la montée en compétence de ses collaborateurs à travers la formation et la sensibilisation aux nouvelles technologies et à la digitalisation en général. Une action de formation déjà en marche à travers le déploiement d'une trentaine de coaches digitaux dans les agences afin d'aider les collaborateurs à s'approprier les outils technologiques.

« La digitalisation de la relation client permet de simplifier la relation entre le conseiller et le client tout en maintenant une dimension humaine qui est essentielle. Elle offre une autonomie au client pour la réalisation d'opérations courantes. Pour les projets de vie comme l'achat d'un bien immobilier, le client aura toujours accès au conseiller pour un suivi personnalisé », explique Pierre Chauvois.

Par ailleurs, la BPS, qui emploie 1 750 personnes, dont 1 100 au sein des agences, va ouvrir en septembre 2018 une nouvelle agence entièrement dédiée à la fonction publique. Celle-ci sera implantée au Centre Del Mon (centre d'affaires situé à la gare de Perpignan).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :